Connect with us

Actualité

COMPTE RENDU DU CONSEIL DES MINISTRES DU 19 AVRIL 2018

Publié

le

Conakry, le 19 Avril 2018 – Sous la présidence de son Excellence Monsieur le Président de la République, le Conseil des ministres a tenu sa session ordinaire ce jeudi 19 avril 2018 de 10h à 12h, avec l’ordre du jour suivant :

 

  1. Message de son Excellence Monsieur le Président de la République ;

 

  1. Compte rendu de la session ordinaire du Conseil interministériel tenue le 17 avril 2018 ;

 

  1. Décisions ;

 

  1. Divers.

 

Au titre du premier point de l’ordre du jour, Monsieur le Président de la République a exigé une application stricte des dispositions règlementaires interdisant la facturation et le paiement de biens et services en devises étrangères. Le Chef de l’Etat a particulièrement insisté sur l’obligation de payer les loyers en francs guinéens et sur les sanctions auxquelles s’exposent les contrevenants propriétaires ou locataires.

 

 

Le Président de la République a demandé aux Ministres en charge de l’Environnement et de l’Administration du Territoire de prendre toutes les dispositions pour protéger la forêt de Déré située dans la Préfecture de Lola, contre les agressions dont elle est victime de la part des populations et autres exploitants forestiers.

 

 

Le Chef de l’Etat a demandé au Gouvernement d’intensifier la lutte contre le trafic de passeports guinéens. Le Président de la République a ordonné la mise en place d’une commission interministérielle présidée par le Ministre d’Etat, Ministre Secrétaire Général à la Présidence chargée de réfléchir à des nouvelles mesures pour sécuriser davantage la délivrance des passeports de service.

 

 

Le Chef de l’Etat a invité les membres du Gouvernement a faire preuve de plus de rigueur dans les choix des coordonnateurs des différents projets de leurs départements.

 

 

Le Président de la République a instruit le Gouvernement de constituer une mission interministérielle d’inspection des unités industrielles pour vérifier le respect de la législation et de la réglementation relatives au Travail, à l’Environnement et aux autres normes applicables aux exploitations industrielles.

 

 

Le Chef de l’Etat a demandé au Gouvernement de vérifier que la Guinée est à jour dans le paiement de ses cotisations au niveau international et de ses contreparties dans les différents projets et programmes. Le Président a particulièrement insisté sur la contrepartie de la Guinée dans le Projet pour le Développement Rural Intégré pour la Relance de l’Horticulture et le Forage en Guinée, la contribution au capital social de la Société de Gestion des Ouvrages du Haut Bassin du Fleuve Sénégal et la contribution de la Guinée a l’Union Africaine.

 

 

Au titre du deuxième point de l’ordre du jour, Monsieur le Premier Ministre a introduit le compte rendu de la session ordinaire du Conseil interministériel tenue le 17 avril 2018.

 

Le Conseil a entendu successivement :

 

AU TITRE DES EXAMENS DE TEXTES

 

Le Ministre de la Santé a soumis pour examen en seconde lecture le projet de Loi relatif aux médicaments, produits de santé et à l’exercice de la profession de pharmacien.

 

 

Le Ministre a rappelé que les textes législatifs et règlementaires pharmaceutiques guinéens remontent à la Conférence Nationale de la Santé tenue en 1984 et révisés en 1994 ; ce qui a permis l’ouverture du secteur de la santé au privé. De nombreux types d’établissements pharmaceutiques ont vu le jour certains en toute régularité et d’autres de façon totalement illégale, conduisant ainsi à une situation anarchique dans l’exercice de la profession pharmaceutique. Cette situation a favorisé la prolifération de faux médicaments, de médicaments contrefaits et falsifiés affectant la qualité des services rendus aux populations.

 

Il a indiqué que l’analyse situationnelle réalisée en 2014 à l’occasion de la révision de la politique pharmaceutique nationale a révélé de nombreux problèmes dont entre autres :

 

–         la faiblesse des capacités techniques des autorités en charge de la régulation du secteur limitant ainsi l’accomplissement de leurs missions respectives ;

 

–         la non observance du monopole pharmaceutique prévu par la Loi ;

 

–         la faible couverture pharmaceutique des zones rurales ;

 

–         le non-respect des critères d’ouverture d’officines de pharmacies privées notamment dans la capitale Conakry ;

 

–         la pléthore de sociétés grossistes répartiteurs ;

 

–         le développement du commerce illicite de médicaments avec ses corolaires sur la santé publique ;

 

–         le coût élevé des médicaments dans le secteur privé ;

 

–         l’insuffisance, voire l’inexistence, d’un système adéquat de prise en charge des médicaments.

 

Le ministre a justifié qu’au regard de cette situation, le département de la Santé a initié la révision des textes législatifs (loi L/94/012/CTRN portant législation pharmaceutique du 22 mars 1990) et réglementaires (Décret D94/043/PRG/SGG portant dispositions réglementaires des activités pharmaceutiques du 22 mars 1994) en vue de les renforcer, conformément à la recommandation de l’Organisation Mondiale de la Santé, selon laquelle, seule une réglementation pharmaceutique rigoureuse peut protéger la santé publique.

 

Il a précisé que les modifications proposées dans le présent projet de Loi portent entre autres sur :

 

–       l’établissement d’une liste de définitions des produits de santé et des établissements pharmaceutiques ;

 

–   la suppression de la Commission Nationale du Médicament pour non fonctionnement ;

 

–   la précision des responsabilités des pharmaciens responsables des différents types d’établissements pharmaceutiques ainsi que les normes de personnels placés sous leur ordre ;

 

–   l’adoption de la définition de la contrefaçon des produits de santé conformément aux dispositions de la convention MEDICRIME du Conseil de l’Europe relative à la lutte contre le crime pharmaceutique à laquelle la République de Guinée a adhéré ;

 

–   la clarification du monopole pharmaceutique ;

 

–   l’instauration du contrôle de qualité obligatoire des produits de santé à tous les stades (fabrication, enregistrement, importation et stockage).

 

Le Ministre a souligné que le projet de Loi révisé prévoit 4 décrets et 56 arrêtés d’application dont 6 arrêtés conjoints. Il comporte 7 Titres et 159 articles. Ce projet de loi permettra de doter la Guinée d’un arsenal juridique en parfaite harmonie avec l’évolution internationale et d’organiser l’exercice pharmaceutique conformément aux besoins du pays. Il couvre l’ensemble des produits de santé. Il permettra aussi d’ouvrir des horizons réglementaires pour la création d’une Agence de régulation du secteur pharmaceutique.

 

Au terme de l’exposé, le Conseil a recommandé l’adoption du Projet de Loi relative aux médicaments, produits de santé et à l’exercice de la profession de pharmacien, sous réserve des recommandations faites par le Conseil, notamment la référence au Code pénal pour les dispositions relatives aux sanctions pécuniaires.

 

Le Ministre des Transports a soumis pour examen le projet de Loi portant Code de la Route.

 

Il a rappelé qu’à la faveur d’une assistance technique financée par l’Union Européenne pour la mise en œuvre du Programme d’Appui au secteur des Transports (PAST), le département des Transports a entrepris depuis 2016, une série de réformes majeures visant la modernisation du secteur des transports routiers en vue d’améliorer sa gouvernance et lui assurer une meilleure efficacité.

 

Le Ministre a expliqué que les raisons de l’insécurité routière sont diverses, à savoir :

 

–         l’indiscipline des conducteurs et des passagers ;

 

–         l’excès de vitesse ;

 

–         la surcharge des véhicules de transport de marchandises ;

 

–         le transport mixte (passagers, marchandises) ;

 

–         La conduite en état d’ébriété ;

 

–         La conduite sans permis ;

 

–         Le mauvais état technique des véhicules ;

 

–         L’état de dégradation des routes et des voieries urbaines ;

 

–         L’insuffisance de signalisations routières horizontales et verticales.

 

Il a informé que pour la seule année 2016, 3.974 cas d’accidents avec 327 cas de décès et 2.200 blessés en zone urbaine et périurbaine ont été enregistrés, selon les statistiques consolidées de la Direction Nationale des Transports Terrestres.

 

Le Ministre a souligné que le cadre législatif et réglementaire existant est insuffisant et mal appliqué. Il s’agit notamment de l’absence d’un Code de la route au sens d’un recueil écrit ou numérisé de toute la règlementation concernant la circulation sur la route et les chaussées par tous les usagers qui les empruntent, qu’ils soient motorisés ou non.

 

Il a indiqué que la Guinée, en tant que pays membre de la CEDEAO, ayant adhéré aux conventions et protocoles, doit se doter d’une réglementation moderne, adaptée aux exigences d’une mobilité sécurisée et fortement orientée vers la protection des usagers de la route et conforme aux dispositions de la CEDEAO. D’où l’objectif du présent projet de loi portant Code de la route de la République de Guinée.

 

Au cours des débats, les observations ont essentiellement porté sur la nécessité de :

 

–         mettre en conformité les articles 25, 26 et 30 avec les dispositions de la Loi sur la Protection du Patrimoine Routier ;

–         étendre l’application de la Loi à tous les véhicules, y compris les taxis motos ;

–         faire des extensions des fourrières publiques existantes ;

–         promouvoir les concessions de service public pour la gestion des fourrières par le secteur privé;

–         mener  une réflexion sur la réglementation de la circulation des taxis motos et des véhicules à direction à droite ;

–         préciser les types d’engins visés par le texte ;

–         s’assurer de l’existence d’une classification des amendes.

 

Au terme des débats, le Conseil a recommandé l’adoption du Projet de Loi portant Code de la Route, sous réserve de la prise en compte des observations formulées.

 

 

AU TITRE DES COMMUNICATIONS

 

La Ministre des Travaux Publics  a fait une communication relative à la Stratégie pour le développement et la gestion du sous-secteur routier de la Guinée à l’horizon 2025.

 

Elle a rappelé que l’objectif général fixé au sous-secteur routier par la Lettre de Politique Sectorielle des Transports présentée en août 2016, est d’améliorer l’état général du réseau routier et d’assurer la desserte de toutes les communautés et sites d’activité économique du pays.

 

La Ministre a indiqué que dans le document de stratégie, il a été retenu deux domaines principaux d’actions que sont,  l’administration du secteur routier et le développement et l’entretien du réseau routier avec des objectifs prioritaires.

 

Elle a expliqué que le document de stratégie pour le développement et la gestion du sous-secteur vise l’atteinte des objectifs prioritaires, dont entre autres :

 

–         la création d’une agence routière qui recevrait une délégation de service public du Ministère des Travaux Publics pour assurer la maîtrise d’ouvrage ;

–         la création d’un réseau informatique au sein du Ministère des Travaux Publics ;

–         le renforcement des capacités du Laboratoire du Bâtiment et des Travaux Publics (LBTP) ;

–         l’adoption d’une Loi portant protection du patrimoine routier national et ses textes d’application (déjà réalisée) ;

–         la réhabilitation de quatre postes de pesage ;

–         le transfert de compétences aux services déconcentrés et collectivités locales.

 

 

La Ministre a précisé que les projets de développement et d’entretien du réseau routier retenu dans la Stratégie sont ceux qui figurent dans le Plan National des Infrastructures (PNI) 2016-2020 adossé au Programme National de Développement Economique et Social (PNDES) 2016-2020 pour un coût total de 44 015 727 900 000 GNF. Soit une moyenne d’environ 6.300.000.000.000 GNF par an.

 

Au cours des débats, les observations essentielles ont porté sur la nécessité de :

–         donner plus de lisibilité sur les sources de financement du projet de développement des infrastructures ;

–         prévoir la construction de la route Kindia – Télémélé afin de faciliter la jonction avec l’ouvrage hydroélectrique de Souapiti ;

–         travailler en synergie avec les Ministères en charge des Travaux publics, de l’Aménagement du Territoire afin d’éviter les doublons.

 

Au terme des débats, le Conseil a apporté son soutien à la Ministre et recommandé l’adoption du document de Stratégie pour le développement et la gestion du sous-secteur routier de la Guinée à l’horizon 2025. Afin de permettre la mise en œuvre de ce document, il a invité le Secrétaire Général du Gouvernement à programmer le document de la Lettre de Politique Sectorielle 2016-2035, pour être examiné à une prochaine session du Conseil.

 

La Ministre de l’Environnement, des Eaux et Forêts a fait une communication relative à la préparation d’un programme de reboisement des corridors des fleuves Konkouré et Bafing.

 

 

Elle a indiqué que la présente communication porte sur la préparation d’un projet de conservation et de développement participatif le long des cours d’eau Konkouré et Bafing.

 

La Ministre a indiqué que le démarrage de la construction du barrage de Koukoutamba sur le fleuve Bafing et celui de Fomi sur le fleuve Niandan sont attendus courant 2018-2019. A ce rythme, la Guinée pourra non seulement couvrir les besoins en énergie électrique et se positionnera comme exportateur de cette énergie vers certains pays voisins.

 

Elle a rappelé qu’en période d’étiage la baisse drastique des volumes d’eau dans les retenus des barrages entrainent des fortes perturbations dans la fourniture de l’énergie et de l’eau.

 

Par ailleurs elle a indiqué que durant ces trente (30) dernières années, les efforts combinés des activités anthropiques et du changement climatique sont les principaux facteurs qui contribuent à la dégradation du couvert végétal, à l’importante perturbation de la pluviométrie et à la réduction des volumes d’eau constatée.

 

La Ministre a souligné que cette dégradation quoique persistante, n’a pas encore atteint son point de non-retour. Il est possible d’en inverser la tendance par des actions de restauration et de protection des bassins versants.

 

Elle a justifié qu’en référence aux études d’impact environnemental et social réalisées en prélude au lancement des travaux de construction de ces différents barrages, le département en charge de l’Environnement se propose d’entreprendre la réalisation d’un important programme de reboisement des corridors des fleuves Konkouré et Bafing.

 

L’objectif de ce projet est de restaurer et classer un espace de 100 000 hectares de forêts le long des deux fleuves concernés. Il s’agira plus spécifiquement, de mener des actions de reboisement sur une bande de 1 km de large et 200 km de long de chaque rive du fleuve Konkouré (40 000 Hectares) et sur une bande de 1 km de large et 300 km de long de chaque rive du fleuve Bafing (60 000 hectares).

 

La Ministre a informé que les résultats attendus sont, entre autres :

 

–     L’établissement d’une couverture végétale suffisamment dense sur les bassins versant desdits cours d’eau ;

–   L’accroissement de la fourniture de volume important d’eau aux barrages en lien avec l’accroissement de la production d’énergie ;

–      La création d’importantes zones de protection de la faune sauvage.

Elle a sollicité l’appui du Gouvernement pour la réussite de cette initiative qui est en lien avec l’objectif stratégique du pilier 4 du PNDES portant sur la gestion durable du capital naturel et les engagements pris par la Guinée, par rapport à l’Accord de Paris sur les Changements climatiques.

 

Au terme de l’exposé, le Conseil a apporté son soutien à la Ministre et l’a invité à  travailler en collaboration avec les Ministères en charge de l’Hydraulique et des Travaux Publics afin de mettre en place une stratégie concertée de reboisement des corridors des fleuves Konkouré et Bafing.

 

AU TITRE DES DECISIONS

 

A l’issue des débats sur les différentes questions suscitées, le Conseil a décidé ce qui suit :

 

  1. Le Conseil approuve le Projet de Loi relative aux médicaments, produits de santé et à l’exercice de la profession de pharmacien, présenté par le Ministre en charge de la Santé, sous réserve de la prise en compte des observations formulées.

 

  1. Le Conseil approuve le Projet de Loi portant Code de la Route, présenté par le Ministre en charge des Transports, sous réserve de la prise en compte des observations formulées. Le Conseil demande au Ministre de se rapprocher du Secrétaire Général du Gouvernement pour la mise en forme juridique du document.

 

  1. Le Conseil invite le Secrétaire Général du Gouvernement à transmettre lesdits projets de Loi à l’Assemblée Nationale au cours de la présente session des lois.

 

  1. Le Conseil adopte le document de Stratégie pour le développement et la gestion du sous-secteur routier de la Guinée à l’horizon 2025, présenté par la Ministre en charge des Travaux Publics.

 

AU TITRE DES DIVERS     

 

La Ministre de l’Environnement, des Eaux et Forêts a informé de l’arrivée de la Société Be Green dans le cadre de l’implantation d’un projet de Foresterie.

 

 

Le Conseil des Ministres

 

Transmis par la Cellule de Communication du Gouvernement

Cliquez pour commenter

Votre avis nous intéresse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

ArtisanGuinee est la première plateforme en ligne en République de Guinée qui vous permet de trouver les meilleurs artisans à proximité

Publié

le

Trouver un artisan en Guinée

Trouver un artisan en Guinée est une réelle difficulté quand on cherche à faire des travaux ! Entre la crainte de tomber sur un artisan peu expérimenté ou malhonnête et l’envie de faire des économies sur le prix des travaux, trouver un artisan peut facilement devenir un vrai dilemme. Il existe pourtant des méthodes pour chercher un artisan compétent à Conakry qui vous permettront d’éviter les arnaques. artisanguinee.com vous dit tout !

Trouver un artisan Guinée

Trouver un artisan Guinée

Nous recevons pour vous Daouda Camara cofondateur de la nouvelle start-up pour trouver des artisans en Guinée artisanguinee.com

Présentez-vous à nos lecteurs

Je m’appelle Daouda Camara je suis cofondateur avec un autre jeune entrepreneur qui évolue à Conakry Yaya Daffé.

Je vis en France depuis quelques années je suis diplômé en Agro-pédologie de l’Institut Supérieur Agronomique et Vétérinaire Valery Giscard D’Estaing de Faranah. Une licence professionnelle en Aménagement du Territoire et Urbanisme. Découverte du métier de la Logistique et du Transport à ACM-Formation, Orléans. formation Communication Sociale en Entreprise – Gestion d’entreprise et Economie Sociale et Solidaire – Innovation Sociale Centre National des Arts et Métiers (CNAM) d’Orléans. Et depuis 2019 : Médiateur interprète à la Croix-Rouge Française au compte du Dispositif d’Evaluation des Mineurs Isolés Etrangers (DEMIE75) Paris.

daouda camara

Vous venez de lancer votre start-up Artisanguinee.com parlez-nous de ce projet

Comme vous le savez, l’objectif de chaque startup, c’est soit d’apporter une solution à un problème, soit d’apporter une innovation sur l’existant en fonction des conditions du moment.
C’est dans ce cadre que j’ai initié avec un ami entrepreneur de la Guinée de mettre en place une startup à travers la plate-forme artisanguinee.com, pour la mise en relation des artisans du secteur de bâtiment et les particuliers, et aussi proposer aux entreprises des artisans qualifiés et disponibles tout le temps. Dénicher le maçon, l’électricien ou le plombier idéal n’est généralement pas chose aisée. Mais, désormais, vous n’êtes plus seul.

ArtisanGuinee est la première plateforme en ligne en République de Guinée qui vous permet de trouver les meilleurs artisans à proximité, pour tous vos travaux de dépannages urgents et de projet de rénovation à domicile.

Qu’est-ce qui prouve son efficacité ?

Aujourd’hui, le COVID19 nous emmène a réinventer notre manière de vie et d’être au quotidien. C’est dans cet ordre idée que la première plate forme artisanguinee.com intervient pour faciliter la mise en relation dans ce secteur en plein expansion en Guinée. Son efficacité porte l’innovation à travers deux sites web qui permettent aux particuliers et aux entreprises de commander un service ou de choisir soit même un artisan et un créneau horaire et à la date de sa convenance à partir de son smart phone et à partir de chez lui.
Son efficacité est aussi tributaire de la rapidité d’intervention et de la qualité de prestation des artisans référencés sur la plate-forme.

Où en êtes-vous dans les démarches administratives ?

Comme son nom l’indique, artisanguinee.com est une entreprise de droit guinéen implanté à Conakry déclaré par un cabinet de notaire pour le respect de tous les circuits administratifs. Aujourd’hui nous disposons d’un RCCM et tous les documents administratifs permettant d’exercer pleinement sur le territoire national et garantissent notre crédibilité auprès de nos partenaires (artisans référencés, clients particuliers et entreprises).

Comment souhaitez-vous implanter votre réseau dans le monde des artisans Guinéen ?

Comme vous pourrez le constater, artisanguinee.com est une plate forme numérique de mise en relation. Après les différentes démarches administratives qui constituent pour nous un préalable très important, l’implantation passe par le référencement des artisans qualifiés qui non seulement porte un intérêt sur le projet mais aussi adhères à notre charte de qualité, qui représente notre fil conducteur. Il est important de noter que les artisans constituent notre moyen de communication le plus sûr à travers la qualité de travail chez le client mais aussi de la rapidité d’intervention.

Et les ouvriers. Comment  gagnez leur confiance avec cet outil numérique ?

www.artisanguinee.com, en plus d’être une plate forme de mise en relation, est aussi un moyen de promouvoir et donner une visibilité aux artisans référencés. Actuellement nous travaillons avec le Ministère de l’Enseignement Technique et Professionnelle que nous considérons comme notre Ministère de tutelle pour permettre aux artisans référencés de bénéficier constamment des formations théoriques (sous forme de remise à niveau) avec des nouvelles pratiques innovantes.

Qu’avez-vous réalisé depuis la mise en marche du site ?

Il faut dire que le projet est toujours en cours de construction. Bien que nos deux sites soient fonctionnels, nous continuons de travailler sur terrain avec une équipe dynamique afin de finaliser l’opérationnalisation de la plateforme. Il y a des clients qui commencent à nous solliciter pour des travaux de bricolage et commencent à s’accrocher à l’idéal du projet.

Les gens ont-ils une procédure à suivre aussi pour obtenir un dépanneur ?

Il suffit de se connecter comme indiqué plus haut à travers un smartphone ou un ordinateur sur artisanguinee.com ou sur pro.artisanguinee.com pour commander un service de votre convenance, de suite un opérateur prend contact avec vous pour mieux comprendre votre demande et définir les conditions d’intervention.

Comment Artisan Guinée procède pour sélectionner ses professionnels?

Artisan Guinée sélectionne les entreprises selon les critères définis par notre Charte Qualité Travaux et ne référence que celles qui affichent les compétences, la motivation et l’intérêt à adhérer à cette charte.

Quel sera son impact si vous réussissez à gagner la confiance des uns et des autres ?

En premier lieux, l’objectif de la startup artisanguinee.com est d’apporter une certaine innovation dans le secteur de la construction à travers le référencement des artisans qualifiés pour mieux répondre aux attentes des clients particuliers à travers bien sûr les qualités des services proposés par notre plates formes.

Son impact sera également la facilité avec laquelle tout cela pourra être réalisé jusqu’à la satisfaction de toute les parties.

Retrouvez nous sur artisanguinee.com
Facebook : https://www.facebook.com/Artisanguinee/
Twitter : https://twitter.com/artisanguinee

Appelez-nous +224 623 99 30 30

Daouda Camara merci

Artisanguinee : Merci

Continuer à lire

Actualité

Convention de l’UFDG : l’ancien Chef de file de l’Opposition avalise la Constitution du 22 Mars (Par S.Mara)

Publié

le

L’annonce de la candidature de Monsieur Cellou Dalein ce Dimanche 06 Septembre 2020 à l’issue des consultations des différentes fédérations de cette formation politique, vient de boucler les débats sur la Constitution du 22 Mars 2020 et la question de l’inclusivité toujours souhaitée par la Communauté internationale.

Sujette de Contestation depuis plusieurs mois, la Constitution du 22 Mars vient d’être reconnue et validée implicitement par l’ancien Chef de file de l’Opposition à travers l’annonce officielle de sa candidature pour l’élection présidentielle du 18 Octobre prochain.

Nul besoin de rappeler ici que les conditions de participation à cette échéance électorale du 18 Octobre ont été déterminées par cette Constitution que l’UFDG et le FNDC ont toujours contestée.

Souscrire donc à ces conditions pour participer à cette consultation nationale, c’est de reconnaître de facto la nouvelle Constitution et l’Assemblée Nationale. Finis les débats inutiles! Cette page est définitivement tournée à partir d’aujourd’hui.

Aussi, la principale préoccupation soulevée par la Communauté Internationale dans le souci de préserver la paix dans notre pays vient d’être réglée à travers cette candidature, rendant ainsi l’élection du 18 Octobre inclusive.

Le glas du mariage entre l’UFDG et le FNDC ? Surtout quand on sait que déjà les deux Partis membres de ce front ayant déclaré leurs candidatures, ont tous été radiés du FNDC d’après Sékou Koundouno du Balai Citoyen.

Sayon MARA, Juriste

Continuer à lire

Actualité

Kankan : la décision de prorogation de l’Etat d’urgence sanitaire divise.

Publié

le

La prorogation de l’État d’urgence sanitaire par le président Alpha Condé pour un mois à compter de ce 15 août est diversement interprétée à kankan.

Au lendemain de cette décision de report, nous avons tendu notre micro à certains acteurs sociopolitiques pour recueillir leurs avis.

Pour Ibrahima Simagan, membre du bureau national de la jeunesse de l’ UFR, la prorogation de l’Etat d’urgence sanitaire par le président est purement une « manigance politique ».  《 Ce n’est plus un état d’urgence sanitaire mais plutôt l’état d’urgence politique. Il sait que nous sommes à la veille de l’élection présidentielle donc il faut forcément utiliser cette maladie en leur faveur. Si ça lui profite il parle de maladie sinon nous savons tous que ça fait un bon moment que ya un relâchement total dans le respect des mesures sanitaires. Qu’est ce que le gouvernement faisait en ce moment donc? C »est simplement pour des fins politiques qu’il prolonge l’état d’urgence sanitaire,》 estime M. Simagan.


Alors que pour M. Mohamed Lamine Kourouma secrétaire général de la section spéciale universitaire du rpg de kankan cette décision du président est une très bonne décision. 《 Beaucoup voient cette décision sous l’angle politique, mais ce nest pas le cas. Nous sommes dans un état critique où il faut forcément prolonger pour appuyer l’effort de nos vaillants médecins. On dit que c’est politique mais ce n’est pas le cas on peut mener nos activités dans le stricte respect des gestes barrières. Voyons dans les différentes conventions du rpg régionales ou nationales ces mesures étaient complètement respectées donc tout le monde peut agir de la sorte car le rpg a donné de bon exemple. Donc que les opposants comprennent que nous n’avons pas besoin du covid-19 pour mener nos démarches politiques, >> nous a-t-il confié.

Propos recueillis par Cheick Mamady Condé pour africvisionguinee.com depuis Kankan.

Continuer à lire

Facebook

ABONNEZ-VOUS SUR YOUTUBE

Devenez annonceurs sur africvisionguinee.com

Ecoutez sabari fm 97.3

Sabari fm 97.3

L’info en continue…

ACTUALITESil y a 9 heures

Guinée : Cellou Dalein Diallo de l’UFDG annonce la reprise des manifestations dès le mardi prochain si…

Devant la presse à la faveur d’une conférence de presse des dix candidats en lice à l’élection présidentielle du 18...

ACTUALITESil y a 9 heures

Contentieux électoral : dix candidats rejettent les résultats provisoires et interpellent la Cour Constitutionnelle

Le collectif formé par dix candidats en lice pour le fauteuil présidentiel a animé une conférence de presse ce vendredi...

ACTUALITESil y a 1 jour

Contentieux électoraux : le collectif des candidats de l’opposition alertent !

Les candidats opposés au président sortant Alpha Condé se sont concertés ce jeudi, 29 octobre au siège de la candidate...

ACTUALITESil y a 1 jour

Face à la déclaration du représentant de l’UE: la CENI s’interroge et précise !

La CENI réagit à la communication du haut représentant de l’union européenne qui émet des doutes sur le processus de...

ACTUALITESil y a 2 jours

Crise politique guinéenne: Cellou Dalein Diallo amer avec la communauté internationale (audio)

Devant les hommes de média ce 28 octobre 2020, le président de l’ufdg Mamadou Cellou Dalein Diallo accuse la CEDEAO...

ACTUALITESil y a 2 jours

Crises postélectorales : l’AGUIDAD plaide pour une Guinée paisible.

Face à la crise sociopolitique qui secoue la République de Guinée et qui fragilise le tissu social voire le vivre-ensemble,...

ACTUALITESil y a 2 jours

CENI : les 13 commissaires contre un (déclaration)

Au lendemain de la publication des résultats globaux provisoires par la commission électorale nationale indépendante, le commissaire Mamadou Bano Sow...

ACTUALITESil y a 2 jours

Violences postélectorales : le parti AFC condamne et invite à la retenue.

Depuis le scrutin du 18 octobre dernier, le pays vit dans un cycle de violences sans précédent. Des actes qui...

ACTUALITESil y a 3 jours

Résolution de la crise postelectorale: la mission conjointe internationale fait des recommandations aux parties prenantes.

Dans une posture de trouver une solution à la crise postelectorale en République de Guinée, une mission conjointe de la...

ACTUALITESil y a 2 semaines

Boffa : la campagne du RPG-ARC-EN-CIEL bouclée en apothéose

Comme partout en Guinée, la campagne du RPG-ARC-EN-CIEL a pris fin ce vendredi 16 octobre 2020 dans la préfecture de...

AFRICVISIONGUINEE

Apropos d’Afric Vision

A ''Afric Vision'', plus qu'une vision, c'est une histoire à vivre absolument

En savoir plus AFRIC Vision Guinee, Ratoma Rue RO.501 (T3) Nongo (carrefour petit simbaya)
Phone : +224 664 51-51-51
Email : contact@africvision.com

Créez votre site INTERNET 250000FG/MOIS

Créez votre site INTERNET 250000FG/MOIS

Tandance

Copyright © 20120 Par africvisionguinee.com. A ''Afric Vision'', plus qu'une vision, c'est une histoire à vivre absolument Ratoma Rue RO.501 (T3) Nongo (carrefour petit simbaya) +224 664 51-51-51 Email : contact@africvision.com | Design et création de site en Guinée par l'agence UNSITEINTERNET

Merci de soutenir notre site désactivé votre bloqueur de publicité !

Merci

Avis aux utilisateurs d'AdBlock

Merci de soutenir notre site désactivé votre bloqueur de publicité !

Merci