Connect with us

ACTUALITES

Transport urbain : le sectionnement des tronçons, un business bien planifié.

Publié

le

Par les temps qui courent, de nombreux usagers de la route se plaignent des combines, caprices et comportements des chauffeurs de taxi à Conakry. Des usagers qui accusent à juste raison, ces chauffeurs de sectionner les tronçons de façon délibérée dans le seul but de gagner plus au détriment des passagers. Une situation qui interpelle le syndicat des transports mais aussi le ministère en charge de réguler et de veiller sur l’exercice de cette activité.

 

C’est une arnaque à ciel ouvert. Des chauffeurs cupides et sans aucun scrupule dictent leurs loi sur les usagers de la route parfois dans le besoin présent. Au nom d’un embouteillage fictif et dans le seul but de maximiser la recette, quitte aux usagers d’en souffrir le martyr, ces chauffeurs se plaisent d’imposer une logique commerciale aux passagers.

 

Des tronçons sont sauvagement sectionnés et parfois au su et vu des syndicats qui sont censés s’opposer à cette pratique. Pour une distance d’au moins un kilomètre et équivalent par endroit à un tronçon, les usagers paient le prix de deux tronçons voire plus.

 

Pour se rendre à l’évidence, il suffit de s’arrêter par exemple aux carrefours km36, Kagbelen, Lansanayah, Enta,  Matoto, Enco5, Cosa, Bambéto, Aéroport de Conakry-Gbessia et Madina. Le même phénomène est tangible pour cet usager qui quitte le centre-ville pour la haute banlieue de Conakry.

Un véritable casse-tête pour les citoyens aux revenus faibles qui se retrouvent parfois dans la contrainte de finir le tronçon à pieds faute de moyens.

 

Inutile donc ici de rappeler qu’il est de la responsabilité totale du ministère des transports de définir la politique nationale de transport, de veiller et de réguler son fonctionnement et de surtout, protéger les usagers de la route des abus.

Que dire donc des syndicats qui sont parfois complices de cette réalité mais, qui refusent d’agir au nom d’un intérêt pécuniaire au grand dam des populations qui subissent de plein fouet les conséquences de cette complicité à grande échelle. Puisque, la plupart des syndicats sont aussi propriétaires de véhicules.

 

En attendant donc d’assister à une prise de responsabilité des syndicats et surtout du département des transports, les citoyens du Grand Conakry vont continuer à payer plus surtout qu’il y’a une insuffisance des moyens de transports publics.

Fodé Bayo

Aboubacar Condé journaliste redacteur en chef de Sabari Fm, directeur de publication du site africvisionguinee.com. Lisez et partagez nos articles, vous avez une information, vous souhaitez acheter un espace publicitaire sur Africvisionguinee contactez-nous.

ACTUALITES

Enquête autour des manifestants tués: Kassory accuse, Dalein réplique, Dr Koureissy s’interroge et l’avocat tranche!

Publié

le

Le débat autour des décès enregistrés lors des manifestations politiques a été relancé par le premier ministre, chef du gouvernement dans un média de la place. Dr Kassory Fofana puisqu’il s’agit de lui reste convaincu que le processus d’enquête sur les violences et les cas de décès enregistrés lors des manifestations politiques est court-circuité par le parti de Mamadou Cellou Dalein Diallo. Pour le premier ministre, l’UFDG influence les témoins à se prononcer devant les commissions d’enquêtes mises en place.

 » Demandez-leur de contribuer à aider à la manifestation de la vérité. En tant que Premier ministre, c’est une situation qui me touche. Je n’aime pas voir des morts. C’est pourquoi, j’ai été un peu en dehors de la loi pour préserver des vies humaines en interdisant les manifestations. J’ai tout fait pour faire la lumière sur les cas des morts avant mon arrivée [à la Primature]. Mais le procureur n’a pas pu’’, a-t-il déclaré chez nos confrères de Djoma Tv.

Plus loin dans le débat, Dr Kassory Fofana a persisté en disant que c’est l’opposition qui bloque la démarche: ‘’ cette opposition bloque toute manifestation de vérité. Ils [les opposants] terrorisent les victimes qui refusent de témoigner. Je me suis employé pour la manifestation de la vérité, mais impossible. Quand le juge d’instruction vient sur les lieux de crimes pour comprendre comment une personne est morte, personne ne parle’’, a-t-il estimé.

Une communication du locataire du palais de la Colombe qui irrite l’ancien chef de file de l’opposition et leader de l’UFDG. Cellou Dalein Diallo se dit très surpris et déçu de cette communication du chef de gouvernement.  » Ce que le Premier ministre raconte n’a aucune base. C’est une revendication constante de l’UFDG et l’opposition que des enquêtes soient menées pour identifier les auteurs des crimes commis lors de nos manifestations. Il n’y a pas une seul dialogue politique où on n’a pas revendiqué et obtenu un engagement ferme du gouvernement de diligenter des enquêtes sérieuses pour identifier les auteurs des crimes’’, indique-t-il à son ami Kassory Fofana chez nos confrères de FIM FM.

Pour le leader de l’UFDG, il est inadmissible d’avoir ce raisonnement à partir du moment que : ‘’ce sont nos militants qui sont tués pendant les manifestations. Comment voulez-vous qu’on fasse obstruction à la manifestation de la vérité ? Nous voulons que les auteurs soient identifiés et punis conformément à la loi, parce que nous avons une responsabilité morale. Nous lançons des mots d’ordre au cours desquels les gens sortent. Et lorsqu’on les tue comme des lapins, nous sommes choqués. Depuis 2011, nous exigeons la justice qu’on n’obtient pas. Et aujourd’hui, on va dire que c’est l’opposition, c’est l’UFDG qui refuse de coopérer pour la manifestation de la vérité » a-t-il ajouté.

Témoin de l’histoire et sa qualité d’homme de justice, le président du parti ARENA, a fait savoir que cette sortie du Premier ministre doit être une opportunité pour l’opposition:  » l’opposition a enfin une occasion rêvée pour dépolitiser les plaintes et faire place aux familles. Le Premier Ministre Kassory Fofana a soulevé une question importante et accusatrice. La réponse ne devrait nullement venir de l’UFDG, mais plutôt des personnes porteuses de préjudices et qui peuvent immédiatement porter plainte pour obtenir la condamnation des auteurs des faits ou le versement de dommages et intérêts en réparation des préjudice. Déposer une plainte consiste à porter à la connaissance de la justice une infraction pénale dont on estime être victime. Pour porter plainte, il faut se rendre dans le commissariat ou dans la gendarmerie la plus proche. »

Toutefois, Honorable Dr Sékou Koureissy Condé reste ferme qu’il est de la responsabilité de l’Etat d’agir pour la manifestation de la vérité dans toute situation de violences ou de meurtres:  » Toute personne (même mineure) victime d’une infraction peut porter plainte. Les personnes morales (sociétés et associations) peuvent aussi porter plainte. Mais pas un parti politique. Et en tout état de cause, la responsabilité du Procureur à État est entière quelque soit le cadre des investigations. Entre le citoyen et l’Etat, il ne saurait y avoir d’intermédiaire« , persiste le député.

En sa qualité d’avocat à la Cour, Me Jean Baptiste Haba a tout d’abord expliqué la qualité du plaignant devant une situation de meurtre:  » en matière de crime, celui qui doit porter plainte est celui qui a, à la fois droit, qualité, intérêt et capacité. Ce sont les conditions pour pouvoir exercer une action en justice. Mais attention, je précise ceci, nous sommes dans un cadre purement pénal et en la matière il y’a le plaignant, la victime disons ou celui qui est le représentant de la victime ou bien l’ayant droit. Toutes ces personnes peuvent bien porter plainte et se constituer partie civile dans le cadre d’une procédure pénale », a-t-il précisé.

Pour ce qui est de l’ouverture d’une enquête à la suite d’un meurtre, l’avocat reste catégorique:  » le parquet qui a, à sa tête un procureur de la République n’a pas besoin d’une plainte en dehors de certains cas pour pouvoir engager toute poursuite. Dès lors que le parquet est informé et l’information peut bien se faire par la voix de la presse ou par voix de rumeurs. Et dès lors que le parquet est informé de la commission de telle ou de telle infraction dans tel ou de tel endroit, dès lors que cela relève de sa compétence, il doit ou il peut en vertu naturellement de l’opportunité des poursuites saisir des officiers de police judiciaire pour l’ouverture d’une enquête. Et cette enquête doit se faire sous sa direction. C’est uniquement dans le cas par exemple de diffamation ou d’injures que le parquet doit attendre que la victime de l’injure ou de diffamation porte une plainte« , a-t-il insisté.

Pour ce qui est de la possible obstruction contre la manifestation de la vérité, cet avocat reste ferme que l’argument selon lequel les victimes sont à la base n’est pas tenable.  » Comment une victime qui a déjà souffert de la commission d’une infraction et qui réclame justice puisse faire peut obstruction pour la manifestation de la vérité ? Une simple logique commande que l’on comprenne que les victimes ne peuvent pas encore être contre la justice qu’elles réclament. A partir de là, sur un point de vue purement général, je dis encore une fois, les victimes veulent que justice soit faite. Il n’y’a donc aucune raison qu’elle soit à la base de l’obstruction d’une quelconque justice« , estime le secrétaire général du barreau de Guinée.

Reste à savoir si le gouvernement guinéen saura jouer pleinement sa responsabilité pour la manifestation de la vérité. Ceci, en montrant à l’opinion nationale et internationale les vrais  responsables des atrocités et meurtres enregistrés lors des manifestations sociopolitiques de cette dernière decennie. À suivre !

Emmanuel Boeboe BEAVOGUI

Tel: +224 625 15 72 59

 

Continuer à lire

ACTUALITES

Désignation des membres de la FGF: le chef de l’Etat met en garde contre toute ingérence des autorités! (Conseil des ministres)

Publié

le

Conakry, le 22 avril 2021 – Sous la présidence de son Excellence Monsieur le Président de la République, le Conseil des Ministres a tenu sa session ordinaire ce jeudi, 22 Avril 2021, de 08h à 10H, par visioconférence, avec l’ordre du Jour suivant :

 

I.  MESSAGE DE SON EXCELLENCE MONSIEUR LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE

 

II. COMPTE RENDU DE LA SESSION ORDINAIRE DU CONSEIL INTERMINISTERIEL DU MARDI, 20 AVRIL 2021 ET DECISIONS

 

III. QUESTIONS DIVERSES

 

Au titre du premier point de l’ordre du jour

 

Le Président de la République a rappelé les règles qui doivent régir les relations entre les membres du Gouvernement qui se doivent d’observer le respect mutuel, la courtoisie, la bonne collaboration et la solidarité dans leurs contacts réciproques. Il a insisté sur la nécessité pour chacun, d’œuvrer à la promotion de l’esprit d’équipe sans lequel le travail gouvernemental ne saurait enregistrer de succès

 

Le Chef de l’Etat a instruit les Ministres en charge des Finances et du Budget de toujours privilégier les règlements des Fonds de contrepartie aux administrations concernées afin d’éviter le gel ou le retard de décaissement des crédits ou dons obtenus dans le cadre des financements extérieurs

 

Le Chef de l’Etat a rappelé que les avantages particuliers figurant dans les conventions conclues par l’Etat et ratifiées par l’Assemblée Nationale ne peuvent être affectées par les dispositions du Code de l’Eau et d’autres Codes en vigueur, le Gouvernement devant veiller à crédibiliser l’Etat par le respect de ses engagements légitimés par le Parlement

 

Le Président de la République a donné au Ministre en charge des sports des directives interdisant aux autorités guinéennes toute ingérence dans le processus de désignation des membres de la Fédération Guinéenne de football (FGF), dans le respect de l’indépendance de cette institution. Il a cependant appelé les membres de la Fédération au sens de responsabilité et au respect scrupuleux de ses statuts et des règles édictées par la CAF et la FIFA auxquelles la FGF demeure affiliée.

 

Le Chef de l’Etat a instruit les autorités sanitaires et les services de sécurité à ne pas baisser la garde dans la lutte contre la pandémie à la Covid-19 et l’épidémie à virus Ebola. Il a invité les départements concernés à intensifier les campagnes de sensibilisation, de dépistage et de vaccination, notamment dans les établissements scolaires et universitaires. Il a donné au Ministre en charge de la Sécurité des directives pour l’application rigoureuse des mesures barrières édictées et le respect strict des interdictions d’ouverture de certains lieux de réjouissance.

 

Le Président de la République a invité les membres du Conseil à tenir systématiquement tenir compte du contexte pandémique qui prévaut lors de la programmation d’évènements  ou de cérémonies officiels. Une collaboration étroite avec l’ANSS est impérative et tout regroupement présentant des risques potentiels de contamination doit être annulé ou reporté, sans hésitation

Au deuxième point de l’ordre du jour, Monsieur le Premier Ministre a fait le compte rendu de la session ordinaire du Conseil Interministériel du 20 Avril 2021.

A ce titre,

Le Conseil a entendu successivement

 1-   Monsieur le Premier Ministre qui a annoncé aux membres du Conseil les deux points d’informations suivants :

–        a) La fin des arbitrages des lettres de missions des membres du Gouvernement. Au terme de la validation des documents par le Chef de l’Etat, le Ministre de la fonction publique se chargera de la révision des décrets portant attributions et organisation des Départements conformément à ces versions définitives, pour éviter tout chevauchement dans le futur.

–        b) Les conclusions de sa concertation avec le Ministre d’Etat, Aboubacar Sylla, qui après trois années d’exercice du porte-parolat du Gouvernement, convient avec lui que cette tâche soit exercée par un autre Ministre, la charge de coordination du secteur éducatif en termes de réformes hardies venant de lui être confiée par Monsieur le Président de la République et le Premier Ministre. Ainsi, après consultation du chef de l’Etat, une désignation d’un nouveau porte-parole interviendra dans les meilleurs délais.

 

2-   Le Ministre des Affaires Etrangères et des Guinéens de l’Etranger qui a soumis deux projets de Décrets portant :

Ø création, attributions et organisation du Haut Conseil des Guinéens de l’Etranger ;

Ø création, attributions, organisation et fonctionnement  de la Commission Nationale de la Francophonie.

 

3-   Le Ministre des Hydrocarbures qui a soumis au Conseil un projet de Décret portant cadre réglementaire des opérations de soutage en République de Guinée.

 

4-   Le Ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement qui a présenté une Communication relative à la problématique de la mobilisation des redevances d’utilisation des ressources en eau.

 

5-   La Ministre de la Culture et du Patrimoine Historique qui a fait une Communication relative à l’organisation des «72 heures du livre 2021 ».

6-   Le Ministre de la Santé qui a fait le Compte rendu relatif à l’évolution de la riposte à la pandémie de la Covid-19 et de l’épidémie d’Ebola en République de Guinée.

 

Dans ce cadre,

 

Le Ministre des Affaires Etrangères et des Guinéens de l’Etranger a soumis pour examen deux projets de Décrets portant création, attributions et organisation du Haut Conseil des Guinéens de l’Etranger et de la Commission Nationale de la Francophonie.

 

Ø S’agissant du Haut Conseil des Guinéens de l’Etranger (HCGE), il a rappelé que depuis plus de 10 ans, le Département en charge des Guinéens de l’Etranger a entrepris diverses initiatives visant à organiser la diaspora guinéenne en vue de mieux défendre ses droits et ses intérêts mais aussi faciliter et soutenir sa pleine participation au développement national.

 

C’est dans ce cadre que des structures de base dénommées « Conseils des Guinéens de l’Etranger » (CGE) ont été mises en place dans tous les pays où la Guinée dispose d’une Mission diplomatique (une quarantaine au total). L’établissement de ces Conseils avait conduit à l’organisation en janvier 2018, du premier forum de la Diaspora guinéenne à Conakry, sous l’égide du Gouvernement.

 

La dernière phase de ce processus d’intégration consiste à mettre en place la structure faitière chargée de fédérer tous les Conseils Guinéens de l’Etranger et servir d’organe représentatif des Guinéens de l’étranger. D’où l’objet du projet de Décret soumis, qui comporte 13 articles repartis en 4 chapitres.

 

Ainsi, le Haut Conseil des Guinéens de l’Etranger est placé sous l’autorité du Ministère en charge des Guinéens de l’Etranger. Il a le statut d’organe consultatif, est apolitique, à but non lucratif, laïc et non discriminatoire.

 

Les attributions du HCGE sont entre autres :

–      donner son avis et formuler des recommandations dans le cadre de l’élaboration et la mise en application de la politique gouvernementale en matière de gestion, de promotion et de protection des Guinéens de l’étranger ;

–      promouvoir l’unité et la solidarité entre les Guinéens de l’étranger sans distinction ;

–      contribuer à une meilleure prise en charge des préoccupations des Guinéens vivant à l’étranger ;

–      stimuler leur contribution au développement socio-économique et culturel de la Guinée.

 

Le Ministre a par ailleurs défini les instances du HCGE et leur composition

 

Ø En ce qui concerne la Commission Nationale de la Francophonie, le Ministre a indiqué que suite à l’élargissement des actions de l’OIF sur le champ Politique, de Développement durable, de l’Economie et les Technologies numériques, les Etats membres ont mis en place des dispositifs au niveau national pour bénéficier des opportunités offertes par les programmes de coopération et les investissements.

 

C’est ainsi qu’ont été créées des Agences nationales et des Commissions nationales de la Francophonie dans plusieurs pays d’Afrique.

 

Il a indiqué que la Guinée qui a adhéré à cette Organisation depuis quatre décennies, n’avait jusque-là pas mis en place un tel dispositif. C’est pour corriger cette insuffisance que le Décret 249 portant Attributions et Organisation du Ministère des Affaires Etrangères et des Guinéens de l’Etranger a prévu la « Commission Nationale de la Francophonie » (CNF) comme organe consultatif, au même titre que le Haut Conseil des Guinéens de l’Etranger.

 

Le Ministre a expliqué que le projet de Décret soumis à l’approbation du Conseil porte sur la mise en place de cette structure dont les attributions, sont entre autres :

–      organiser la participation de la Guinée à toutes les instances de l’OIF (Sommets des Chefs d’Etat, Conférences des Ministres, Evènements thématiques) ;

–      proposer et donner son avis sur les programmes et activités relatifs à l’OIF ;

–      coordonner au niveau national les activités relevant de l’OIF, y compris la Journée annuelle de la Francophonie ;

–      participer à la promotion des investissements francophones en Guinée en facilitant les échanges entre les organismes d’investissement de l’OIF et les promoteurs de projets nationaux.

 

Au terme des débats, le conseil a soutenu le Ministre pour ces deux initiatives et adopté les deux projets de Décrets.

 

Le Ministre des Hydrocarbures a soumis pour examen le projet de Décret portant cadre réglementaire des opérations de soutage en République de Guinée.

 

Le Ministre a expliqué que le soutage consiste en une opération d’avitaillement d’un navire ou d’une installation offshore (en mer) en produits pétroliers et dérivés dans les zones maritimes sous souveraineté ou juridiction de la République de Guinée.

 

Il a indiqué que l’objectif visé par ce décret est de normaliser les opérations de soutage dans les eaux guinéennes avec pour double effet d’arriver à lutter efficacement contre les pratiques illégales d’avitaillement, et de pouvoir faire bénéficier le budget de l’Etat des recettes liées à cette activité.

 

Le soutage se fera par un Partenaire technique principal qui sera l’importateur et le distributeur exclusif des produits ciblés par le soutage, et par des avitailleurs locaux.

 

Au terme des débats, le conseil a encouragé le Ministre à poursuivre les efforts d’amélioration du cadre réglementaire des activités du Département des Hydrocarbures et procédé à l’adoption du projet de Décret soumis.

 

 

Le Ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement a fait une communication relative à la problématique de la mobilisation des redevances d’utilisation des ressources en eau.

 

Il a informé le conseil des difficultés rencontrées par la Direction du Fonds de l’Hydraulique, dans sa mission de recouvrement de la redevance d’utilisation des ressources en eau auprès des usagers professionnels d’eau dont l’utilisation est industrielle, minière ou commerciale.

 

En dépit des dispositifs qui traduisent une réelle volonté politique de mobiliser les ressources financières internes pour contribuer à la gestion intégrée des ressources en eau, la capacité de mobilisation à grande échelle par le Fonds de l’Hydraulique reste entravée par le problème d’exonération de gros usagers.

 

Le motif invoqué pour le non-paiement des redevances d’eau par ces gros usagers soumis au régime de concession, est l’exonération qui leur a été accordée par l’Etat Guinéen dans leurs conventions respectives.

Cet état de fait accentué par le caractère social du secteur, prive la Direction Générale du Fonds de l’Hydraulique de sa principale ressource financière interne qui devrait être destinée au financement d’actions visant à favoriser le développement des ressources en eau et la mise en œuvre de la politique nationale de l’eau.

 

Pour faire face à cette problématique, le Ministre a proposé la mise en place d’une commission de réflexion et de négociation avec les usagers professionnels d’eau.

 

Cette commission aura pour mission d’amener les usagers professionnels d’eau exonérés à se conformer aux dispositions des Chapitres II et III du Code de l’eau, et à s’acquitter des redevances dues par l’application de l’Arrêté conjoint N°2017/1756/MEH/MEEF/SGG en date du 07 Mai 2017 au titre de l’utilisation de l’eau dans leurs opérations commerciales, industrielles, minières et de production d’énergie hydroélectrique.

 

Elle sera composée des Ministères en charge de l’Hydraulique, de l’Energie, des Mines, des Finances, du Budget et de l’Industrie.

 

Au terme de l’exposé, le conseil a donné son soutien au Ministre et l’a encouragé à travailler à la mise en place d’une commission qui se limitera à évaluer la situation et à faire des recommandations aux Ministres concernés pour prise de décision.

La Ministre de la Culture et du Patrimoine Historique a fait une communication relative à l’organisation de la 13ème édition des 72Heures du Livre, prévue à Conakry les 23, 24 et 25 Avril 2021.

 

Elle a informé que sous l’égide de son Département, les 72h du livre 2021 sont couplées à la célébration de la journée mondiale du livre et du droit d’auteur. Elles sont portées par la maison d’édition l’Harmattan-Guinée et l’Association Guinée-Culture avec le soutien de l’Ambassade de France, de l’Ambassade d’Espagne, des Nations Unies et bien d’autres partenaires privés.

La Ministre a indiqué que les 72 h du livre impliquent de nombreux représentants d’institutions internationales, du corps diplomatique et consulaire accrédités en Guinée, de nombreux professionnels du livre des pays frères africains et d’autres régions du monde.

 

En guise de rappel, c’est autour des 72h du livre que la Guinée a organisé avec succès l’autre grand évènement international « Conakry, Capitale Mondiale du livre 2017 ».

 

Etant donné que les 72h du livre sont devenues un évènement national majeur dont l’organisation engage nécessairement l’Etat, la Ministre a sollicité du Gouvernement un accompagnement financier par le rétablissement de l’allocation d’une subvention.

 

Pour cette édition 2021, en complément du soutien des partenaires, l’apport de l’Etat pour la prise en charge de certaines rubriques de l’organisation, est sollicité.

 

Par ailleurs, la Ministre a informé de la volonté du Ministère de la Culture de faire des 72h du livre et d’autres activités phares similaires, le point de départ d’une grande ambition de promotion durable de l’industrie du livre en Guinée, en vue de faire de Conakry, la capitale africaine du livre.  

 

Au terme de l’exposé, le conseil a invité la Ministre à assurer une collaboration étroite entre ses services et l’ANSS en vue de garantir un déroulement de l’évènement dans les conditions strictes de sécurité sanitaire

 

Le Ministre de la Santé a fait le compte rendu relatif à l’évolution de la riposte à la pandémie de la Covid-19 et de l’épidémie d’Ebola en République de Guinée

AU TITRE DES QUESTIONS DIVERSES

 

Le Conseil a présenté à Monsieur le Président de la République ses condoléances émues suite au décès de Monsieur Idriss Déby Itno, Président de la République du Tchad, décédé au front, dans des conditions tragiques. Il a déploré la perte de cette figure majeure de scène politique africaine et rappelé le rôle important joué par ce dirigeant dans la lutte contre l’expansion de l’intégrisme et du terrorisme sur le continent

 

Le Ministre de l’Economie et des Finances a informé le conseil du démarrage de la mission virtuelle du FMI en Guinée, dans le cadre de la consultation au titre de l’article 4 des statuts du Fonds. La mission a démarré le 14 avril et se poursuivra jusqu’au 28 avril 2021.

 

Le Ministre d’Etat des Sports a informé le conseil sur les conditions d’organisation par la Fédération Guinéenne de Football de son congrès électif pour le renouvellement de son instance dirigeante (Comité Exécutif)

 

Le Ministre Secrétaire General des Affaires Religieuses, a informé le conseil de l’organisation du concours national de récitation et d’interprétation du Saint Coran du 24 Avril au 1er Mai 2021, sous le haut patronage de Son Excellence Monsieur le Président de la République.

 

Avant de lever la séance, Monsieur le Président de la République a donné au Conseil de larges informations sur la situation nationale, africaine et internationale.

 

Le conseil des Ministres

Transmis par la Cellule de Communication du Gouvernement

Continuer à lire

ACTUALITES

Violences à Kouroussa: Honorable Dr Sekou Koureissy Condé s’inquiète et s’interroge!

Publié

le

Les derniers évènements dans la préfecture du célèbre écrivain Camara Laye continue de faire couler ancre et salives. La dernière réaction est celle d’un fils de la localité de Kouroussa en la personne de Dr Sékou Koureissy Condé, député sous la label du parti ARENA qui s’est d’ailleurs indigné de la tournure de cette contestation « légitime ».

En homme de paix et défenseur du droit fondamental à la vie, ce député a regretté profondément les drames survenus à Kouroussa en particulier et dans le reste du pays en général: « Je suis de plus en plus inquiet et je me pose de plus en plus de questions sur le sens et les sources des tirs à balles réelles dans les missions d’encadrement des manifestations non violentes dans notre pays. »

En homme d’expériences dans le cadre du maintien d’ordre, cet ancien ministre de la sécurité sous l’ère du défunt président général Lansana Conté invite les autorités sécuritaires à une analyse de la situation avant d’agir sur le terrain:  » Il faut savoir y faire face, anticiper, prendre les bonnes dispositions« , a-t-il suggéré.

Il convient de rappeler que ces violences dans la préfecture de Kouroussa ont coûté la vie à des deux citoyens guinéens et provoqué la destruction des biens publics et privés.

Ibrahima Sory Moussa Sylla

Continuer à lire

Facebook

ABONNEZ-VOUS SUR YOUTUBE

Devenez annonceurs sur africvisionguinee.com

Ecoutez sabari fm 97.3

Sabari fm 97.3

L’info en continue…

ACTUALITESil y a 2 semaines

Enquête autour des manifestants tués: Kassory accuse, Dalein réplique, Dr Koureissy s’interroge et l’avocat tranche!

Le débat autour des décès enregistrés lors des manifestations politiques a été relancé par le premier ministre, chef du gouvernement...

ACTUALITESil y a 2 semaines

Désignation des membres de la FGF: le chef de l’Etat met en garde contre toute ingérence des autorités! (Conseil des ministres)

Conakry, le 22 avril 2021 – Sous la présidence de son Excellence Monsieur le Président de la République, le Conseil des...

ACTUALITESil y a 3 semaines

Violences à Kouroussa: Honorable Dr Sekou Koureissy Condé s’inquiète et s’interroge!

Les derniers évènements dans la préfecture du célèbre écrivain Camara Laye continue de faire couler ancre et salives. La dernière...

ACTUALITESil y a 4 semaines

Cabinet du chef de file de l’opposition: Mamadou Sylla amer avec Alpha Condé.

Quelques mois après la mise en place de son cabinet, Elhadj Mamadou Sylla est toujours à l’attente de son allocation...

ACTUALITESil y a 4 semaines

Après son passage à l’hémicycle: la coordination de la haute Guinée rend visite au premier ministre ce samedi.

72 heures après le vote favorable des députés lors de son passage à l’assemblée nationale pour la présentation de la...

ACTUALITESil y a 1 mois

À la recherche de la paix : Dr Sékou Koureissy Condé et la coordination Hâali Pular se lancent au front.

 » Je ne suis pas mandaté par quelqu’un, ni à la recherche d’un poste, encore moins plaire à une tierce...

ACTUALITESil y a 2 mois

Guinée: en lieu et place de la compassion, le pouvoir sert terreur et mépris au peuple

Après 10 ans de gouvernance chaotique caractérisée par la répression, la corruption, l’exclusion et le détournement des deniers publics, le...

ACTUALITESil y a 2 mois

Depuis la prison: « Au royaume de l’arbitraire les hommes honnêtes et dignes élisent domicile en prison », dixit Étienne Soropogui.

 » Je ne quemanderai à personne ma liberté si lâchement confisquée. Je reste résolument engagé pour la Défense des principes...

ACTUALITESil y a 2 mois

Journée Internationale des droits des femmes : la ministre Hawa Béavogui l’éducation des filles (déclaration)

Conakry, 07 Mars 2021 – Guinéennes et Guinéens Chers Compatriotes Depuis 1975 l’Organisation des Nations Unies a officialisé, la célébration...

ACTUALITESil y a 2 mois

Détente politique en Guinée : le chef de file de l’opposition expose les grandes lignes de son memo adressé au chef de l’Etat.

Le chef de file de l’opposition guinéenne était face à la presse ce samedi 06 mars 2021 à son domicile...

AFRICVISIONGUINEE

Apropos d’Afric Vision

A ''Afric Vision'', plus qu'une vision, c'est une histoire à vivre absolument

En savoir plus AFRIC Vision Guinee, Ratoma Rue RO.501 (T3) Nongo (carrefour petit simbaya)
Phone : +224 664 51-51-51
Email : contact@africvision.com

Créez votre site INTERNET 250000FG/MOIS

Créez votre site INTERNET 250000FG/MOIS

Tandance

Copyright © 20120 Par africvisionguinee.com. A ''Afric Vision'', plus qu'une vision, c'est une histoire à vivre absolument Ratoma Rue RO.501 (T3) Nongo (carrefour petit simbaya) +224 664 51-51-51 Email : contact@africvision.com | Design et création de site en Guinée par l'agence UNSITEINTERNET

Merci de soutenir notre site désactivé votre bloqueur de publicité !

Merci

Avis aux utilisateurs d'AdBlock

Merci de soutenir notre site désactivé votre bloqueur de publicité !

Merci