Connect with us

ACTUALITES

Journée Internationale contre la violence et le harcèlement à l’école : Que sait-on ?

Publié

le

La toute première déclaration intitulée « s’unir contre le harcèlement sous toutes ses formes, déclarer que le respect constitue un principe fondamental pour tous, et aider à garantir que nos écoles soient des espaces sûrs et accueillants pour tous les élèves » a été adoptée à Paris (France) le 4 Juillet 2019 par l’UNESCO et les ministres de l’éducation du G7. Ceci, pour prévenir ou combattre ces fléaux (violence et harcèlement) qui « minent l’éducation, brise des vies, abîment des enfants et compromettent l’avenir » selon les termes de la Directrice Générale de l’UNESCO, Audrey Azoulay. Ce jeudi, 5 Novembre donc, les 193 pays membres de l’UNESCO célèbreront la toute première journée internationale contre la violence et le harcèlement à l’école, y compris le cyber harcèlement. Mais, de quoi s’agit-il au juste ? -Qu’entendons-nous par harcèlement et violence ? -Quelle est l’ampleur de ces fléaux dans le monde scolaire ? -quels en sont les types, les conséquences et les solutions ? Telles sont, entre autres, les questions auxquelles nous répondrons en nous référant au rapport publié par l’UNESCO en 2019, intitulé ‘’Behind the numbers : Ending school violence and bullying’’ (Au-delà des chiffres : en finir avec la violence et le harcèlement à l’école).

Parlant du harcèlement, notons qu’il est caractérisé par des comportements agressifs qui se traduisent par des actes négatifs non désirés et répétés dans le temps ; ainsi que par un déséquilibre de pouvoir ou de force entre le(s) harceleur(s) et la victime.[…] Pour qu’un élève soit considéré comme une victime de harcèlement, les agressions doivent se produire au moins une ou deux fois par mois.

Les différents types de harcèlement sont :

  1. Le harcèlement physique : Il se définit par des agressions répétées se manifestant de différentes manières : les victimes sont battues, blessées, frappées à coups de pieds, poussées, bousculées ou enfermées, leurs affaires sont volées ou abîmées ou elles doivent obéir sous la contrainte. Il se différencie donc d’autres formes de violence physique, telles que les bagarres et les agressions physiques.
  2. Le harcèlement psychologique : englobe les agressions verbales, la violence émotionnelle et l’exclusion sociale. Il se traduit par des insultes, des moqueries, ou des rumeurs malveillantes. Les victimes peuvent également être mises à l’écart de certaines activités ou complètement ignorées.
  3. Le harcèlement sexuel : regroupe ici uniquement les plaisanteries, les remarques et les gestes à caractère sexuel, suivant la nomenclature utilisée par certaines enquêtes internationales.
  4. Le cyber-harcèlement : désigne le harcèlement par le biais de contenus électroniques (conversations en messagerie instantanée, publication sur les réseaux sociaux, courriels ou textos ; création d’un site Internet pour se moquer d’un élève, etc.) ou d’images (prise et mise en ligne de photos insultantes ou indécentes d’un élève sans son consentement, etc.). Il englobe également les comportements blessants ou méchants qui s’expriment dans les échanges entre élèves via leurs téléphones mobiles (textos, appels, vidéos) ou en ligne (courriels, messagerie instantanée, réseaux sociaux, chat).

En plus du harcèlement, nous avons aussi la violence qui se manifeste sous plusieurs formes à savoir :

  1. Agressions physiques : elles se produisent « quand une ou plusieurs personnes en frappent une autre (un élève en l’occurrence), ou quand une ou plusieurs personnes en blessent une autre (un élève) à l’aide d’une arme (telle qu’un bâton, un couteau ou une arme à feu) ». Par conséquent, même s’il peut s’agir d’une forme de violence physique entre élèves, l’agression physique n’est pas nécessairement perpétrée par des pairs.
  2. Violences sexuelles : la violence sexuelle englobe les relations sexuelles forcées ou tout autre acte sexuel non consenti. La définition de l’enquête VACS (Enquête sur la violence contre les enfants) est plus large puisqu’elle regroupe les actes sexuels non consentis (comme le viol) ; les tentatives d’acte sexuel non consenti ; les contacts sexuels abusifs (tels que les attouchements forcés) ; et les abus sexuels en l’absence de contact (tels que les menaces de violence sexuelle, l’exhibitionnisme et le harcèlement sexuel par la parole).
  3. Violences physiques perpétrées par des enseignants : Ce terme désigne une utilisation délibérée de la force physique pouvant entraîner la mort ou causer un handicap, une blessure ou un préjudice physique ; qu’il s’agisse ou non d’une forme de punition.

 

Dans les écoles, les châtiments corporels sont définis comme une punition reposant sur la force physique et visant à causer une forme de douleur ou d’inconfort, aussi légère soit-elle. Le plus souvent, les enseignants frappent leurs élèves avec leurs mains ou un instrument ; mais il arrive aussi que les enfants soient frappés avec les pieds, secoués, bousculés ou griffés.

A présent, parlons de l’ampleur du problème (les données sur la violence et le harcèlement à l’école) :

Près d’un élève sur trois (32 %) a été harcelé par ses camarades au moins une fois au cours du dernier mois. Dans toutes les régions à l’exception de l’Europe et de l’Amérique du Nord, le harcèlement physique est la forme de harcèlement la plus répandue, devant le harcèlement sexuel. En Europe et en Amérique du Nord, c’est le harcèlement psychologique qui prédomine. Le cyber-harcèlement touche jusqu’à un enfant sur dix. Plus d’un élève sur trois (36 %) s’est bagarré avec un autre élève au moins une fois au cours de l’année écoulée ; et près d’un élève sur trois (32,4 %) a été agressé physiquement au moins une fois pendant cette même période. Les informations sur les violences sexuelles perpétrées par les pairs sont limitées ; mais des données provenant d’Afrique subsaharienne semblent montrer que les auteurs sont plus souvent des camarades d’école que des enseignants, en particulier en ce qui concerne les garçons. À l’échelle mondiale la violence perpétrée par les enseignants est rare, mais dans certains pays les élèves déclarent subir de nombreuses violences physiques de la part de leurs enseignants. Les châtiments corporels, qui constituent une forme de violence physique, sont encore fréquemment pratiqués dans les écoles d’un grand nombre des 68 pays où ils restent autorisés.

La violence et le harcèlement à l’école ont des conséquences très néfastes dont entre autres :

  • Les enfants fréquemment harcelés ont près de trois fois plus de risques de se sentir ostracisés dans leurs écoles que ceux qui ne le sont pas, mais aussi plus de deux fois plus de risques de manquer les cours ;
  • Académiquement, les enfants harcelés réussissent moins bien. Ils obtiennent de moins bons résultats en mathématiques et en lecture ; et on observe que plus ils sont harcelés plus ces résultats sont mauvais ;
  • Comparés aux autres élèves, les enfants fréquemment harcelés abandonnent plus souvent leur éducation formelle dès la fin de leurs études secondaires ;
  • La violence et le harcèlement à l’école ont des répercussions sur la réussite de l’ensemble des élèves ;
  • Le manque de discipline et l’insécurité de l’environnement d’apprentissage sont des facteurs déterminants d’une baisse des performances académiques. Plus précisément, les élèves des écoles où le harcèlement est un phénomène répandu réussissent moins bien en sciences que ceux des établissements où le harcèlement est moins fréquent ;
  • Le harcèlement peut également avoir des conséquences majeures sur la santé mentale, la qualité de vie et les comportements à risque des enfants concernés. Chez les enfants harcelés, on estime que l’isolement, les pensées suicidaires et les problèmes de sommeil sont près de deux fois plus fréquents que chez les enfants qui ne sont pas harcelés.

Que devons-nous faire pour prévenir et/ou lutter contre la violence et le harcèlement à l’école ?

Nous devons, entre autres :

  1. veiller à ce que soient mises en place des législations permettant de protéger les droits des enfants et de soutenir les politiques de lutte contre la violence et le harcèlement à l’école ;
  2. améliorer la disponibilité de données précises, fiables et ventilées et mettre en œuvre des initiatives basées sur des données scientifiques et des recherches rigoureuses ;
  3. former et soutenir les enseignants pour qu’ils puissent non seulement prévenir la violence et le harcèlement à l’école mais aussi y répondre ;
  4. promouvoir des approches à l’échelle de l’école qui impliquent l’ensemble de la communauté scolaire : élèves, enseignants, autres membres du personnel, parents et autorités locales ;
  5. mettre à la disposition des enfants des informations et un soutien pour qu’ils puissent signaler les violences et demander de l’aide ;
  6. promouvoir une participation réelle des enfants aux efforts visant non seulement à prévenir la violence et le harcèlement à l’école mais aussi à y répondre ;
  7. accorder une attention particulière aux enfants les plus vulnérables du fait de leur race, de leur appartenance ethnique, de leur handicap, de leur sexe ou de leur orientation sexuelle ;
  8. créer des mécanismes de signalement, de plainte et d’aide adaptés à l’âge et au sexe des enfants ; ainsi que les approches réparatrices correspondantes.

NB : Les définitions, les données statistiques et les recommandations sont tirées du rapport intitulé ‘’Au-delà des chiffres : en finir avec la violence et le harcèlement à l’école’’, UNESCO, 2019.

 

Aboubacar Mandela CAMARA

Sociologue/Consultant en éducation/Auteur

Aboubacar Condé journaliste redacteur en chef de Sabari Fm, directeur de publication du site africvisionguinee.com. Lisez et partagez nos articles, vous avez une information, vous souhaitez acheter un espace publicitaire sur Africvisionguinee contactez-nous.

ACTUALITES

Afrique du Sud: Julius Malema a menacé de tuer un député du Parlement panafricain

Publié

le

Une session du Parlement Panafricain a été brièvement interrompue ce jeudi, lorsque le député et chef des combattants de la liberté économique EFF, Julius Malema, a lancé des insultes menaçant de «tuer» un collègue au quartier Midrand qui abrite le siège du Parlement Panafricain.

«Ne faites pas de bruit ici, nous sommes là pour écouter, ne faites pas de bruit ici. Je vais te baiser dehors, je te tuerai dehors. Vous ne me connaissez pas », a-t-on entendu dire Malema à un autre membre du Parlement lors d’une vive altercation.

La députée de l’ANC Pemmy Majodina, membre du Parlement Panafricain, a été vue en train de retenir Malema pendant l’incident. L’autre membre a également été retenu et s’est replié sur son siège après l’incident.

Le quatrième jour de séance du Parlement panafricain a dû être ajourné jeudi en raison d’une personne qui a été testée positive pour la Covid-19.

Des législateurs de divers pays Africains ont assisté à la séance qui a jusqu’ici débattu de diverses questions, y compris la rotation de la présidence du Parlement.

www.petitesannoncesafrique.com

Continuer à lire

ACTUALITES

Crise à la FGF: le président de la commission d’éthique sanctionne celui de la commission électorale (copie)

Publié

le

L’imbroglio spectacle se poursuit à la fédération guinéenne de football. 24 heures après son appel à la démission individuelle et collective des membres des commissions électorale et électorale de recours, le président de la commission d’éthique de ladite fédération vient de suspendre de ses fonctions pour deux mois le président de la commission électorale.

Amadou Tham Camara accuse Aboubacar Dorah Koita d’usage de propos injurieux à l’endroit du président de la commission d’éthique.

Ainsi par cette décision, le président de la commission électorale est interdit de toute activité dans le domaine de football.

 

Pour rappel, dans le courrier réponse de la commission électorale, celle-ci a fait savoir que que Amadou Tham Camara n’a ni la compétence ni la qualité d’agir ainsi.

“Vous n’avez ni la qualité, ni le droit, ni la compétence de demander la démission d’un membre de quelque commission que ce soit, même celle dont vous prétendez présider pourrait-on lire dans ce réplique de la commission électorale.

Je vous propose de lire la décision de Amadou Tham Camara président de la commission d’éthique.

La grosse question qu’on se pose est de savoir à quand la fin de ce feuilleton ?

Aboubacar Condé 

Continuer à lire

ACTUALITES

Manifestation contre l’augmentation du prix de carburant: le collectif des jeunes patriotes de l’axe met en garde!

Publié

le

Une fois n’est pas coutume mais toute coutume commence par une fois. C’est par cette maxime que le collectif des jeunes patriotes de l’axe a tenté de mettre en garde ce jeudi 27 mai 2021 à Conakry contre toute manifestation sur l’axe hamdallaye-bambeto-Cosa et Kagbelen.

À travers une déclaration, ces jeunes regroupés au sein du collectif ont martelé qu’il n’est pas opportun de basculer dans une spirale de manifestation.

Ce collectif refuse de compter d’autres victimes dans le rang des jeunes et de voir les jeunes mais aussi de participer au retard économique et culturel du pays.

 » Prenant conscience de cet état de fait, nous les jeunes de Guinée, avons désormais pris l’engagement de combattre dorénavant toutes les formes de violences qui n’ont pour conséquence que le retard en développement socioéconomique et culturel de notre nation« , peut-on lire dans cette déclaration.

C’est pourquoi ce collectif met en garde :

 » Par ailleurs, nous dénonçons et mettons en garde tout leader politique et activiste de la société civile qui se permettra d’organiser les manifestations qui ne sont autres que la perturbation de cette paix si chèrement acquise depuis un certain temps, car nous avons fourni assez d’effort pendant ces derniers mois auprès des jeunes pour une prise de conscience ».

Aux leaders du FNDC et membres du collectif pour la transition en Guinée, les jeunes de l’axe invitent leurs camarades à refuser tout appel à manifestation contre une éventuelle augmentation du prix de carburant. « Nous demandons aux jeunes et femmes de Guinée de ne point suivre cet appel et de vaquer tranquillement à leurs occupations. »

Fatoumata Ramadan Fofana 

Continuer à lire

Facebook

ABONNEZ-VOUS SUR YOUTUBE

Devenez annonceurs sur africvisionguinee.com

Ecoutez sabari fm 97.3

Sabari fm 97.3

L’info en continue…

ACTUALITESil y a 10 heures

Afrique du Sud: Julius Malema a menacé de tuer un député du Parlement panafricain

Une session du Parlement Panafricain a été brièvement interrompue ce jeudi, lorsque le député et chef des combattants de la...

ACTUALITESil y a 1 jour

Manifestation contre l’augmentation du prix de carburant: le collectif des jeunes patriotes de l’axe met en garde!

Une fois n’est pas coutume mais toute coutume commence par une fois. C’est par cette maxime que le collectif des...

ACTUALITESil y a 1 jour

Le procureur Sidy Souleymane N’Diaye annonce: les avocats des acteurs politiques de l’opposition dénoncent!

En réaction à la sortie du procureur de la République près du TPI de Dixinn concernant les interdictions de sortie...

ACTUALITESil y a 2 jours

Participation au dialogue politique : les conditions d’Elhadj Mamadou Sylla!

Après la nomination du secrétaire permanent du cadre de dialogue politique et social, le cabinet du chef de file de...

ACTUALITESil y a 2 jours

Budget du cabinet de chef de file de l’opposition : Elhadj Mamadou Sylla accuse le PRG et promet !

Décidément, Elhadj Mamadou Sylla digère difficilement le non-paiement de son budget d’installation et de fonctionnement. Devant la presse, le chef...

ACTUALITESil y a 1 semaine

Conseil des ministres : Alpha Condé instruit le contrôle et l’audit systématique des comptes des EPA, des EPIC et….

Conakry, le jeudi 20 mai 2021 – La session ordinaire du conseil des ministres, s’est tenue ce jeudi 20 Mai...

ACTUALITESil y a 1 semaine

Guinée-Hémicycle : deux importantes conventions adoptées à l’unanimité !

En plénière ce jeudi 20 mai 2021, les députés ont adopté à l’unanimité l’autorisation de ratification de la convention transfrontaliere...

ACTUALITESil y a 1 semaine

Crise sociopolitique guinéenne : la radioscopie faite par le parti ARENA ( Déclaration )

La crise sociopolitique ne laisse aucun acteur majeur indifférent. Toutefois, chacun se donne voix et se limite à une simple...

ACTUALITESil y a 1 semaine

Menace de sanctions de l’UE: le gouvernement propose une approche concertée ( communiqué )

Conakry, le mardi 18 mai 2021 – Une liste de personnalités Guinéennes qu’un groupe de députés européens voudraient voir « sanctionner » par...

ACTUALITESil y a 1 mois

Enquête autour des manifestants tués: Kassory accuse, Dalein réplique, Dr Koureissy s’interroge et l’avocat tranche!

Le débat autour des décès enregistrés lors des manifestations politiques a été relancé par le premier ministre, chef du gouvernement...

AFRICVISIONGUINEE

Apropos d’Afric Vision

A ''Afric Vision'', plus qu'une vision, c'est une histoire à vivre absolument

En savoir plus AFRIC Vision Guinee, Ratoma Rue RO.501 (T3) Nongo (carrefour petit simbaya)
Phone : +224 664 51-51-51
Email : contact@africvision.com

Créez votre site INTERNET 250000FG/MOIS

Créez votre site INTERNET 250000FG/MOIS

Tandance

Copyright © 20120 Par africvisionguinee.com. A ''Afric Vision'', plus qu'une vision, c'est une histoire à vivre absolument Ratoma Rue RO.501 (T3) Nongo (carrefour petit simbaya) +224 664 51-51-51 Email : contact@africvision.com | Design et création de site en Guinée par l'agence UNSITEINTERNET

Merci de soutenir notre site désactivé votre bloqueur de publicité !

Merci

Avis aux utilisateurs d'AdBlock

Merci de soutenir notre site désactivé votre bloqueur de publicité !

Merci