Connect with us

ACTUALITES

IDRISS FALL, VOIE DE L’AFRIQUE « En Afrique, on fait de l’information comme on vend des chaussures »

Publié

le

C’est dans une ambiance  détendue que le rédacteur en chef du service Afrique francophone de la Voix de l’Amérique, située sur Indépendance Avenue à Washington DC nous a reçu dans l’après-midi du lundi 22 mai 2017.Entouré d’une vingtaine de journalistes, animateurs et techniciens présents dans la salle de rédaction, Idriss Fall, très à l’aise et sans langue de bois, nous a donné sa vision sur l’exercice du métier de journaliste sur le continent africain, avec à la clé, les dérapages qui caractérisent de nos jours la profession. Il a ainsi fait des propositions pour pallier à la situation.

 

Quel regard portez-vous sur l’évolution des médias en Afrique d’une manière générale ?

 

Idriss Fall : Euh ! Je vais souvent en Afrique. J’ai fait presque tous les pays africains. Et que l’état de la presse en Afrique fait parfois peur. D’abord les moyens ne sont pas là. Je me rappelle quand j’ai visité le journal de Souleymane Diallo  » le Lynx  » où j’ai joué à la pétanque. Quand je suis arrivé là-bas, je pense qu’ils avaient des lampes à pétrole pour faire le travail la nuit. Les ordinateurs n’existaient pas à l’époque.

Je sais que les journalistes guinéens, sénégalais, ivoiriens, les journalistes maliens, les journalistes congolais et de Brazzaville ou de Kinshasa, les salaires sont extrêmement bas. Voilà pourquoi de plus en plus on fait du… je n’appelle pas ça du journalisme alimentaire. Je vais être dur avec mes confrères. On fait de la prostitution journalistique. En ce sens qu’on écrit un article favorable à un homme politique, on vous donne de l’argent. Ça ce n’est pas du journalisme.

Selon vous, qu’est-ce qu’il faut pour changer la donne ?

Il faudrait que les patrons de presse mettent les journalistes dans les conditions, vraiment idéales pour travailler. Je commence par les Etats. Parce que les plus gros employeurs des journalistes ce sont les Etats. Ce sont ceux qu’on appelle les Radios et Télévisions Nationales qui appartiennent à des Etats. En dehors de la Côte d’Ivoire et encore… les journalistes africains des Radios et Télévisions Nationales ne sont pas bien payés du tout. C’est des salaires de misère. C’est ce qui fait qu’on n’arrive pas à faire des informations vérifiées. On fait des informations comme des chaussures qu’on vend.

Vous voulez dire que ce phénomène fait suite aux mauvaises conditions de travail des journalistes ?

C’est exactement ça. Les journalistes ne sont pas bien payés et il faut qu’ils vivent. Et ensuite, on est dans une profession où on côtoie les puissants du continent, les ministres et les présidents.« Nous vivons des publicités et si nous n’en avons pas, on peut rien faire » voilà l’argument de certains patrons de presse.

Êtes-vous d’accord ?

C’est absolument faux ! C’est absolument faux ! Parce qu’il n’ya pas un pays en Afrique où la publicité fait vivre son journal. Ils le savent très bien. Les pays africains là: La Guinée, le Sénégal, le Mali, vous pensez que ces pays sont comme les Etats-Unis où le Washington post, rien que le Washington post a un budget deux fois plus grand que l’Etat du Sénégal, du Mali et de la Guinée réunis. Et vous voyez, vous êtes ici, vous voyez les encarts publicitaires de Washington post.

Est-ce que cela n’est pas lié aussi au niveau de développement de nos pays ?

Non ! non ! non ! Parce que moi je pense que les Etats accordent des aides à la presse. Ils donnent de l’argent pour appuyer les médias. Cet argent ne va jamais dans les rédactions. Ça finit dans beaucoup de poches de quelques magnats de la presse, sans compter les petits cadeaux, quand le président voyage, ils se mettent dans l’avion avec lui. Non ! Ça ne doit pas marcher comme ça. Si vous voulez que notre continent, où il ya des guerres, ya des misères où les jeunes prennent les bateaux vont mourir…là-baslà, dans l’océan…la méditerranée. Parce qu’ils sont désespérés.

Si vous voulez que ça change et que les jeunes africains puissent rester chez eux et travailler, il faudrait que nous aussi journalistes soyons responsables. Faire des informations vérifiées. Et qui sont capables d’aller faire des enquêtes pour prouver des cas de corruptions déclarées en Afrique.

Il y’en a beaucoup sur le continent africain, malheureusement. Et l’argent qui devait servir à développer les pays: Construire des écoles, creuser des puits, ou encore amener les filles à l’école. Les gens les détournent pour venir acheter des maisons aux Etats-Unis, pour acheter les voitures les plus chères. Et donc, nous journalistes, parfois, pour avoir notre part de ce gâteau-là. Qu’est-ce qu’on fait…?Donc, je pense que les journalistes ont une grande responsabilité dans la situation actuelle du continent. C’est mon point de vue, sans donner de leçon à personne. C’est mon point de vue. Je fais ce métier depuis 40 ans, 40 ans. A la Voix de l’Amérique depuis 25 ans, donc je sais de quoi je parle.

Lorsqu’on vous donne l’occasion de vous adresser aux journalistes africains, comme c’est le cas maintenant, en termes de la professionnalisation du métier de journaliste, qu’allez-vous leur dire ?

Il ya de très bons journalistes professionnels en Afrique. On a d’excellentes écoles de journalisme, on a d’excellents journaux. On a de très très belles plumes. C’est les moyens qui manquent. Tu sors de l’école de journalisme de CESTI à Dakar, tu viens dans une salle de rédaction, on te propose 60.000 FCFA. Ces 60.000 FCFA, vous pensez qu’un Homme, en Afrique, marié ou avec ses parents, peut vivre avec 60.000 FCFA ? Pour arrondir la fin du mois, ce journaliste va faire tout ce qu’on lui demande.

C’est pourquoi, c’est devenu une tradition en Afrique, tu interviews un chef d’Etat, il pense qu’après l’entretien il doit donner une enveloppe. Tu rencontres également un ministre pour une interview, il pense qu’il doit te donner de l’argent. C’est dans les pratiques…

 

Thierno Oumar Diawara

Cliquez pour commenter

Votre avis nous intéresse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ACTUALITES

Urgent-Kindia: des jeunes dans la rue de nouveau ce jeudi, 17 septembre 2020

Publié

le

Ils avaient promis d’investir les rues chaque jeudi jusqu’à la satisfaction de leur revendication. Ainsi, ce jeudi, 17 septembre, le mouvement  »l’emploi des jeunes de Kindia avant tout » est redescendu dans la rue pour exiger du gouvernement la prise en compte de leur requête. Ces fils de Kania réclament sans condition leur intégration à la fonction publique. Ces fils de Kania réclament sans condition leur intégration à la fonction publique.

Très engagés, ils ont commencé dans la discipline leur marche pacifique à partir du carrefour Bad-boy dans le quartier Manquepas.

Alertés, les éléments des maintiens d’ordre sont arrivés sur les lieux. Pour l’heure, ces forces de l’ordre ont engagé des pourparlers avec les jeunes afin de trouver un terrain d’entente.

Nous y reviendrons.

C’est une dépêche de votre correspondant basé à Kindia Abdoulaye Chérif Keita

Continuer à lire

ACTUALITES

Election présidentielle 2020: à quand l’ouverture de la campagne électorale ?

Publié

le

Sauf changement de dernière minute, le premier tour de l’élection présidentielle est annoncé pour le 18 octobre prochain. Une élection majeure et pleine d’enjeu avec une dizaine de candidats en lice dont deux femmes pour la conquête du fauteuil présidentiel.

Comme il est de tradition, une compétition électorale majeure de la taille d’une présidentielle est toujours précédée d’une opération de séduction, d’explications et de démonstration de force des protagonistes dans le seul but de bénéficier de la confiance des électeurs qui, secrètement ont le dernier mot dans les urnes. Ce coup d’envoi est donné à travers un décret du président de la République qui fixe les modalités conformément à la loi.

Pour le cas de la république de Guinée, le code électoral révisé et promulgué par décret D/2017/193/PRG/SGG précise dans son article 38 que « les campagnes électorales sont déclarées ouvertes : pour les communales, quinze jours francs avant la date du scrutin ; pour les législatives et la présidentielle trente jours francs avant la date du scrutin. Elles s’achèvent toutes la vielle du scrutin à zéro heure. La date d’ouverture et de fermeture des campagnes, pour les élections, sont fixées par décret du Président  de la République ».

 

C’est autant dire que seulement trente et un jours nous séparent de la date de l’élection du futur locataire du palais Sékhoutouréyah pour les six prochaines années. Certes, le président de la République est dans le délai puisqu’il lui reste 24 heures pour donner le coup d’envoi pour l’ouverture des hostilités. Et pour rester dans le délai tout en respectant la loi organique, le président de la République est dans l’obligation d’ouvrir par décret la campagne électorale ce 17 septembre 2020.

 

Mais l’opinion se demande à quoi cette campagne va ressembler avec la restriction de certaines libertés collective et individuelle à cause de la présence de la pandémie de coronavirus.  Surtout que le chef de l’Etat a, à travers une ordonnance prise hier mardi, reconduit l’état d’urgence sanitaire pour un mois.  Le peuple a donc les oreilles bien dressées !

Aboubacar Condé

(00224) 664302636

Continuer à lire

ACTUALITES

Développement de l’industrie en Guinée : le ministre Tibou Kamara échange avec les acteurs autour des défis et perspectives.

Publié

le

Conakry, 15 septembre 2020. Le ministre d’Etat de l’industrie a échangé longuement dans l’après-midi de ce mardi avec les acteurs du secteur industriel en Guinée. Il est question pour Tibou Kamara de partager avec ces industriels, les priorités de son département, les défis mais aussi et surtout les perspectives envisagées dans le cadre de l’industrialisation du pays.

Pour rappel depuis l’avènement du Pr. Alpha Condé au pouvoir en 2010, la république de Guinée a engagé des réformes dans le but d’améliorer le climat des affaires. Une approche selon Tibou Kamara qui reste confrontée à des défis énormes malgré, toute la volonté politique affichée. Il s’agit notamment des problèmes pour le développement industriel et la promotion de la compétitivité des PME.

Fortement mobilisés à cette rencontre, les acteurs du secteur industriel ont à tour de rôle exposé les maux qui freinent le développement de leurs activités industrielles dont entre autres le manque d’infrastructure adéquate et de l’absence de l’énergie suffisante comme l’explique le président du secteur privé de Guinée.

Après avoir écouté toutes les attentes des acteurs de l’industriel, le ministre Tibou Camara a donné des gages et surtout réitéré la ferme volonté de l’Etat à jouer pleinement sa partition pour un véritable décollage des activités industrielles dans le vrai sens.

Par ailleurs, pour favoriser cette efficacité industrielle en Guinée, les autorités envisagent de pérenniser et d’élargir ce cadre d’échange formel à toutes les directions techniques du département.

Christine Haba

 

Continuer à lire

Facebook

ABONNEZ-VOUS SUR YOUTUBE

Devenez annonceurs sur africvisionguinee.com

Ecoutez sabari fm 97.3

Sabari fm 97.3

L’info en continue…

ACTUALITESil y a 2 jours

Election présidentielle 2020: à quand l’ouverture de la campagne électorale ?

Sauf changement de dernière minute, le premier tour de l’élection présidentielle est annoncé pour le 18 octobre prochain. Une élection...

ACTUALITESil y a 7 jours

Election du 18 octobre 2020 : quel serait le risque d’un éventuel report ? Par Aboubacar Condé

Le chef de l’Etat a convoqué par décret le corps électoral pour le scrutin présidentiel du 18 octobre prochain. Cette...

ACTUALITESil y a 1 semaine

Présidentielle 2020 : l’heure est à l’examen des dossiers de candidatures à la Cour Constitutionnelle!

Fini le dépôt des candidatures pour l’élection présidentielle au greffe de la Cour Constitutionnelle. L’heure est à l’étude, la vérification...

ACTUALITESil y a 1 semaine

Kankan : le parti ‘’UPDG’’ se fait connaitre et promet de créer de la différence…

Du nouveau dans l’échiquier politique de la Guinée. Une nouvelle formation politique s’est fait connaitre ce samedi, 05 septembre 2020...

ACTUALITESil y a 2 semaines

Dernière minute-Election présidentielle de 2020 : l’UFDG sera dans la course !

C’est une information de dernière minute. L’union des forces démocratiques de Guinée décide de participer à la consultation du 18...

ACTUALITESil y a 2 semaines

Élection présidentielle 2020: Pr Alpha Condé accepte enfin d’être candidat!

 » À partir de maintenant je m’engage« . C’est la phrase du Pr Alpha Condé aux femmes. Il accepte d’être le...

ACTUALITESil y a 2 semaines

Manifestation annoncée du FNDC : Dr Faya Millimono du BL favorable à l’usage de tous les moyens pour déloger Alpha Condé

Le bloc libéral est partie prenante de la décision du front national pour la défense de la constitution qui consiste...

ACTUALITESil y a 2 semaines

Présidentielle 2020: Abe Sylla plébiscité pour la conquête du pouvoir par la NGR

En prélude à l’élection présidentielle dont le premier tour est prévu le 18 octobre prochain, la Nouvelle Génération pour la...

ACTUALITESil y a 4 semaines

Bloqué à Bamako, le président du PADES accuse le régime Condé de l’empêcher d’être candidat

Le président du parti PADES Dr Ousmane Kaba est bloqué depuis quelques heures à Bamako. Selon lui, c’est une manoeuvre...

ACTUALITESil y a 4 semaines

Rpg arc-en-ciel à Kindia: les militants divisés autour de Dr Cheick Taliby Sylla et Oyé Guilavogui!

À quelques mois de l’élection présidentielle en Guinée rien ne va entre les membres du RPG arc-en-ciel antenne Kindia. Pour...

AFRICVISIONGUINEE

Apropos d’Afric Vision

A ''Afric Vision'', plus qu'une vision, c'est une histoire à vivre absolument

En savoir plus AFRIC Vision Guinee, Ratoma Rue RO.501 (T3) Nongo (carrefour petit simbaya)
Phone : +224 664 51-51-51
Email : contact@africvision.com

Créez votre site INTERNET 250000FG/MOIS

Créez votre site INTERNET 250000FG/MOIS

Tandance

Copyright © 20120 Par africvisionguinee.com. A ''Afric Vision'', plus qu'une vision, c'est une histoire à vivre absolument Ratoma Rue RO.501 (T3) Nongo (carrefour petit simbaya) +224 664 51-51-51 Email : contact@africvision.com | Design et création de site en Guinée par l'agence UNSITEINTERNET

Merci de soutenir notre site désactivé votre bloqueur de publicité !

Merci

Avis aux utilisateurs d'AdBlock

Merci de soutenir notre site désactivé votre bloqueur de publicité !

Merci