Connect with us

ACTUALITES

Education : Les 10 ans d’impact sous le règne du Président Alpha CONDE

Publié

le

Le 18 Octobre dernier, les guinéens ont été appelés aux urnes pour élire le tout premier président de la 4e République. Ceci, après 10 ans de règne du « premier président démocratiquement élu », Pr Alpha CONDE qui fut, d’ailleurs, réélu à cette occasion. Loin de toute prétention et en toute objectivité, nous avons décidé de passer en revue ‘’les acquis majeurs’’ et ‘’les défis majeurs’’ du régime CONDE (2010-2020) dans le domaine spécifique de l’éducation. Des acquis, bien entendu, qui devront être pérennisés dans le futur tout en tentant de relever les défis de façon concomitante.  

 

Parlons tout d’abord des acquis majeurs de la gouvernance du Pr Alpha CONDE dans le secteur de l’éducation :

  1. La mise en place de la Commission Nationale de Réflexion sur l’Education (CNRE)

Cette commission avait été mise en place par décret n°327 du 14 novembre 2016 et, elle avait comme objectif d’établir ‘’un diagnostic du système éducatif dans sa globalité en vue d’émettre des propositions qui feront l’objet d’une réforme à entreprendre à travers des mesures immédiates, c’est-à-dire [] à court, moyen et long termes’’.

Elle était composée, dit-on, des principaux acteurs directs du système éducatif : les quatre ministères du secteur de l’éducation à l’époque, dont 2 anciens ministres, la Primature, la fédération des parents d’élèves, les syndicats, les organisations de la société civile et des techniciens du système éducatif. Au total, la commission était composée de 24 personnes.

Après près d’un an de travaux en sous-commissions et en plénières, de lectures et de synthèses de centaine de documents, d’entretiens avec des décideurs à plusieurs niveaux du système éducatif et de l’Etat, la commission présenta un document structuré en trois parties à savoir : les objectifs de la réforme, le diagnostic du système éducatif et les réformes proposées.

La démarche et le travail effectué furent, à l’époque, salués par la presque totalité des acteurs et observateurs de l’école guinéenne. Même si, reconnaissons-le, certaines recommandations peinent toujours à être appliquées ; notamment en terme de réformes structurelles, de qualité, d’accès, de gouvernance et d’amélioration véritable des conditions de vie et de travail des enseignants et encadreurs.

  1. Le recensement biométrique des étudiants

Finalisé en juin 2017, cette opération a permis de détectés plus 47 mille étudiants fictifs dans les IES (Institutions d’Enseignement) publiques et privées.

Sur les 52 mille étudiants inscrits à l’époque au privé, seulement 19 mille répondaient aux normes et, sur les 33 mille du public, seulement 19 mille étaient également dans les normes.

Au total, on avait noté, plus de 50% d’étudiants fictifs parmi la population étudiante des IES. Ce qui, selon le Ministre d’alors, Abdoulaye Yéro BALDE, allait permettre au Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique de « faire au minimum une économie oscillant entre 150 et 200 milliards ou plus par an. »

  1. L’accroissement de la part de l’éducation dans le budget national de développement (BND)

La part du budget national de développement (BND) a fortement augmenté entre 2010-2019, passant ainsi de 1 023,5 milliards de Francs Guinéens soit 12,7% du BND à 2 850,49 milliards de Francs Guinéens soit environ 17% du BND. Et, semblerait-il, une amélioration non moins considérable est prévue dans la loi de finances 2020.

  1. L’élaboration du ProDEG (Programme Décennal de l’Education en Guinée)

Le ProDEG (Programme Décennal de l’Education en Guinée) est un document prévisionnel d’environ 90 pages, élaboré en 2019 et qui couvre la période 2020-2030. Il regorge des mérites non moins importants dont, entre autres :

  • L’exposé de quelques éléments diagnostic sectoriel (chapitre 1)
  • La définition des orientations politiques du secteur (chapitre 2)
  • La définition de programmes prioritaires (chapitre 3)
  • L’élaboration des couts et du financement (chapitre 4)
  • La détermination de la coordination, le pilotage et l’évaluation du ProDEG (chapitre 5).

C’est un document bien peaufiné même si, reconnaissons-le, certaines parties méritent d’être améliorées.

  1. La promotion de l’éducation préscolaire et de l’Enseignement Technique et la Formation Professionnelle

Parlant de l’éducation préscolaire, il faut souligner que ce sous-secteur de l’éducation nationale était, jusqu’en 2017, un domaine de compétence du ministère des affaires sociales, de la condition féminine et de l’enfance. Il a été transféré au MENA (Ministère de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation) suite à une recommandation de la CNRE (Commission Nationale de Réflexion sur l’Education). Aujourd’hui, le préscolaire fait l’objet de toutes les attentions et des investissements colossaux y sont prévus.

Quant au sous-secteur ‘’Enseignement Technique et la Formation Professionnelle’’, longtemps laissé pour compte, il est désormais inscrit au rang des priorités du gouvernement en termes d’éducation. Sa part du budget alloué à l’éducation augmente au fil des ans. La signature de l’accord de prêt de 230 millions d’euros avec la société Palumbo courant 2020 pour, dit-on, le financement des projets des infrastructures d’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle dans les huit (8) régions administratives, en est une illustration.

Nous attendons la concrétisation de tous ces projets et programmes.

  1. La construction/rénovation de nouvelles infrastructures scolaires et universitaires

Une analyse des annuaires statistiques de 2016 et 2018, nous montre ainsi que le nombre d’établissements d’enseignement a fortement augmenté entre 2010 et 2018. Ces effectifs se présentent comme suit :

  • Primaire : De 7 815 à 10 094 soit une augmentation de 2 279 écoles
  • Secondaire : De 1 050 à 1 786 soit une augmentation 736 écoles
  • Professionnel et technique : De 82 à 114 soit une augmentation 32 écoles

Les établissements d’enseignement supérieur public (Université Gamal, Université GLC de Sonfonia, …) font peau neuve et connaissent une extension et une modernisation progressives.

  1. L’amélioration substantielle des conditions de vie des professionnels de l’éducation

Quoiqu’on dise, les enseignants ont pu obtenir une certaine amélioration salariale entre 2017 et 2020. Il s’agit notamment des 40% d’augmentation et des primes d’incitation variant, selon les zones, entre 600 000 GNF et 1 300 000 GNF le mois.

  1. Le recensement des fonctionnaires de l’éducation

Ce recensement, piloté par Pr Bano BARRY (actuel Ministre de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation) et le SLECG (Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée) d’Aboubacar SOUMAH, a permis de détecter des milliers de cas d’enseignants fictifs et engrangé environ 14 milliards de francs guinéens par mois qui se volatilisaient dans la nature.

 

A présent, intéressons-nous aux défis majeurs du secteur de l’éducation et de la formation pour les prochaines années :

  1. L’introduction des langues nationales dans l’enseignement (bi ou multilinguisme)

Tous les experts sont aujourd’hui unanimes-ou presque-que l’apprentissage dans la langue maternelle favorise mieux la compréhension et aide à atténuer la « crise de l’apprentissage » détectée par des enquêtes de grande envergure telle celle effectuée par la Banque Mondiale dont le rapport a été publié en 2018.

La Guinée, sous la première république était sur une très bonne voix en terme de bilinguisme (voire multilinguisme). Hélas !

Mieux encore, la langue est le véhicule de la culture d’une société. C’est, en quelque sorte, l’âme même de la société.

  1. La définition d’une réelle politique éducative nationale

Le système éducatif guinéen, s’il en existe un, ne reflète pas à mon avis les réalités socio-historiques, politiques, culturelles et économiques de notre pays ; encore moins les aspirations du peuple guinéen. Tout est presque importé d’ailleurs !

Pourtant, un système éducatif doit pleinement jouer, avant tout, sa fonction de reproduction de la société dans laquelle elle est implantée ou prétend servir. En plus, bien entendu, des autres fonctions (politique, idéologique, …). Raison pour laquelle, les américains, les chinois, les français, les japonais, les arabes, les turcs-à ne citer ceux-ci- implantent leurs propres écoles partout où ils vont pour ne pas que leurs enfants soient victimes de déracinement en les inscrivant dans les écoles d’autrui. C’est aussi, nous le savons depuis longtemps, une arme fatale en matière de géopolitique.

Quand vous inscrivez vos enfants dans les écoles japonaises, américaines, turques, arabes ou françaises ; ils se métamorphosent en adoptant, consciemment ou non, les façons de faire, d’être et de penser autres que celles de leurs origines.

  1. La révision du schéma administratif du secteur de l’éducation et de la formation

L’existence de trois ministères sous-sectoriels de l’éducation et la formation ne favorisera pas une meilleure coordination, un pilotage rationnel et une évaluation objective.

Pour pallier ce problème de coordination du secteur de l’éducation en général, les programmes tel le ProDEG en particulier, je propose le schéma ci-dessous :

Un Ministère de l’Education Nationale, de la Formation, de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique (MENFESRS) composé de trois secrétariats d’Etat à savoir :

  1. Secrétariat d’Etat Chargé de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation

 

  1. Secrétariat d’Etat Chargé de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle

 

 

  1. Secrétariat d’Etat Chargé de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de l’Innovation.

Nb : La commission nationale de réflexion sur l’éducation en avait déjà fait cas.

 

  1. La déclaration de l’éducation comme « priorité des priorités » (décennie de l’éducation)

Considérer le secteur de l’éducation comme étant une priorité parmi tant d’autres est une chose, en faire « la priorité des priorités » en est une autre. C’est pour cela, je plaide pour la déclaration d’une ‘’décennie de l’éducation en Guinée’’ (2020-2030).

  1. L’augmentation considérable du budget alloué au secteur de l’éducation et de la formation

Des efforts ont été fournis certes, mais, nous sommes encore loin derrière beaucoup d’autres pays en voie de développement tels le Sénégal, la Côte d’Ivoire, …

Il serait judicieux, salutaire et salvateur de consacrer, tout au long de la décennie 2020-2030, au moins 25% du BND à l’éducation.

  1. La moralisation de la vie scolaire

La corruption et les groupes mafieux (internes et externes au système éducatif) sont entrain de miner, profondément, l’éducation guinéenne. L’éthique professionnelle est foulée au sol et les pratiques les plus immorales continuent à ternir l’image de notre école.

Voilà pourquoi un accent particulier devrait être mis sur la moralisation de la vie scolaire. Ainsi, une restructuration, une réorientation et une impulsion de la direction nationale de l’éducation civique et morale s’avère plus qu’imminente.

  1. La mobilisation sociale en faveur de l’éducation

En Guinée, l’éducation est considérée comme étant une responsabilité exclusive de l’Etat. Les familles, les communautés à la base, les autorités locales, les OSC et même, parfois, les structures déconcentrées du MENA ont tendance à croiser les bras et à attendre l’Etat ou, simplement, l’observer.

L’éducation est, et doit être, l’affaire de tous. Une mobilisation, sous l’impulsion du ministère en charge de l’éducation s’avère aussi plus que nécessaire.

  1. La formation des formateurs et des gestionnaires

Selon les chiffres fournis par le MENA même, 25% des enseignants de l’élémentaire et 48% de ceux du secondaire sont non qualifiés pour enseigner. Sans oublier qu’au privé, le recrutement ne tient, généralement, pas compte des compétences pédagogiques et/ou académiques.

C’est pourquoi, un programme national et pluriannuel de renforcement continu des capacités pédagogiques des enseignants et des capacités managériales des encadreurs devrait être élaboré et mis en œuvre. Ce qui permettrait de qualifier de plus en plus le système éducatif en rehaussant la performance des élèves.

  1. Le développement des TICE

Les compétences TICE (Technologies de l’Information et de la Communication appliquées à l’Education) sont, aujourd’hui, indispensables. Ils sont un outil d’enseignement dont on ne peut plus s’en passer.

  1. La promotion de l’éducation pré primaire

On ne doit plus continuer à parler de préscolaire, mais, de pré primaire. Donc, d’un cycle obligatoire et partie intégrante du cycle pré-universitaire. C’est là qu’on pourrait inculquer aux enfants les notions élémentaires de lecture, d’écriture et de calcul. Entre autres !

Cela fait partie des solutions idoines contre la crise de l’apprentissage grandissante que nous connaissons présentement.

 

Somme toute, retenons que cette analyse des acquis et défis majeurs de la gouvernance du Président Alpha CONDE dans le secteur de l’éducation et de la formation au cours de ses deux mandats sous la 3è république, est loin d’être exhaustive.

L’idée est (était) d’exposer ce qui a été fait, ce qui est en cours et ce qui reste à faire pour permettre à notre cher pays, la Guinée, d’être au rendez-vous de l’« éducation de qualité » à l’horizon 2030.

Aboubacar Mandela CAMARA

Sociologue/Consultant en éducation/Auteur

Condé Aboubacar journaliste redacteur en chef de Sabari Fm, directeur de publication du site africvisionguinee.com. Lisez et partagez nos articles, vous avez une information, vous souhaitez acheter un espace publicitaire sur Africvisionguinee contactez-nous.

Cliquez pour commenter

Votre avis nous intéresse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ACTUALITES

Confirmation de Kassory Fofana à la Primature : le parti Bloc Libéral dit prendre acte!

Publié

le

Le Bloc Libéral de docteur Faya Millimono a tenu son assemblée générale hebdomadaire ce samedi 16 janvier 2021 à Conakry. Au cours de cette assemblée générale, le vice-président du parti Bloc libéral a rappelé que son parti prend acte de la reconduction de Dr Ibrahima Kassory Fofana à son poste de premier ministre.

 

Réagissant à cette nomination, le vice-président du parti Bloc libéral, conseille Donkas de prendre ses responsabilités par rapport à la de crispation de la crise politique guinéenne.

 

<< Le Bloc Libéral de docteur Faya Millimono prend acte du renouvellement de la confiance du président de la République en la personne de monsieur Kassory Fofana. Le BL l’en félicite et lui souhaite bonne chance dans ça lourde tâche. Le Bloc Libéral de docteur Faya Millimono l’invite surtout de prendre ses responsabilités par rapport à la crise politique guinéenne>> a-t-il déclaré.

 

Par la même occasion, le Bloc Libéral par la voix de son vice-président a fait un plaidoyer au premier ministre. <<Nous demandons au nouveau premier ministre d’appuyer les demandes du parti Bloc libéral de docteur Faya Millimono pour la libération des détenus politiques. Le premier ministre on le sait, a un rôle capitale dans l’instauration d’un dialogue franc et sincère entre les fils et filles de notre pays car, les lois de la République lui confère>>, a lancé Mamadou Adama Sow.

Fodé BAYO

Continuer à lire

ACTUALITES

La farine et le pain : les prix revus à la hausse. (Arrêté ministériel)

Publié

le

Désormais, les citoyens vont devoir rajouter un peu sur leur budget pour s’offrir une baguette de pain. Sur la base d’un protocole d’accord signé le 13 janvier 2021 entre le ministère du commerce, les représentants des sociétés de production de farine et l’union nationale professionnelle des boulangers et pâtissiers de Guinée, le prix d’une baguette de pain de 250g est négocié à 1750 gnf à la boulangerie.

Et le citoyen va l’avoir à 2000 gnf tandis qu’une baguette de 500g est négociée à 3500 gnf à la boulangerie pour être vendue à 4000 gnf aux citoyens. C’est du moins, le contenu de ce protocole d’accord.

Pour ce qui est du sac de farine, le prix est fixé à 285 000 francs guinéens à la sortie de l’usine.

Arrêté Ministère du Commerce sur le prix du Pain

La rédaction

Continuer à lire

ACTUALITES

Sonfonia Gare : découverte d’un corps sans vie ce matin !

Publié

le

Un corps sans vie d’un homme d’une quarantaine d’années a été retrouvé dans la matinée de ce samedi 16 janvier 2021 à Sonfonia Gare plus précisément au secteur Mosquée dans la commune de Ratoma. Selon les témoignages recueillis sur place, le défunt est de nationalité léonaise.

Amadou oury Sow chef secteur interrogé revient sur les conditions dans lesquelles il a été informé : « J’étais à une cérémonie de mariage quand mon chef de quartier m’a appelé pour me dire qu’on a découvert un corps sans vie dans mon secteur et de venir rapidement. À mon arrivée sur les lieux, j’ai trouvé les agents de police scientifique sur la scène de crime. On m’a fait savoir que le monsieur est très connu dans le coin. Pas plus tard qu’hier, qu’il a passé toute la journée devant la mosquée qui se trouve dans le marché. Il a dit aux gens avant de mourir qu’il  s’appelle ONO et qu’il est de nationalité léonaise. Après les vérifications, nous n’avons trouvé aucun papier sur lui », a expliqué le chef secteur.

Sur instruction du procureur de la République près du Tribunal de Première Instance de Dixinn, le corps a été transporté à l’hôpital national Ignace Deen pour une éventuelle autopsie.

 

Fodé BAYO

Continuer à lire

Facebook

ABONNEZ-VOUS SUR YOUTUBE

Devenez annonceurs sur africvisionguinee.com

Ecoutez sabari fm 97.3

Sabari fm 97.3

L’info en continue…

ACTUALITESil y a 3 jours

Gouvernement: Enfin, la démission du PM et de son équipe au grand jour!

COMMUNIQUE DE LA PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE   Conakry, le 15 Janvier 2021   Monsieur Ibrahima Kassory Fofana, Premier Ministre,...

ACTUALITESil y a 7 jours

Justice-Procès Foniké Menguê : le procureur général de TPI de Mafanco requiert un 1 an de prison ferme.

Oumar SYLLA alias Foniké Menguê membre du front national pour la défense de la Constitution comparait pour la première fois...

ACTUALITESil y a 1 semaine

Gestion du pouvoir : Cellou Dalein Diallo explique pourquoi il faut refuser à Alpha Condé d’être encore aux manettes.

Le président de l’union des forces démocratiques de Guinée refuse de reconnaitre Alpha Condé comme président élu au soir de...

ACTUALITESil y a 1 semaine

Retard dans la mise en place d’un gouvernement : Moussa Solano aussi s’interroge !

Depuis son installation dans les fonctions du premier président de la quatrième république, les guinéens se demandent et versent dans...

ACTUALITESil y a 1 semaine

Dr Sékou Koureissy Condé : l’alpha et l’oméga de la paix. (Opinion)

« La paix n’est pas un simple mot c’est plutôt un comportement », nous a enseigné le défunt président Houphouët...

ACTUALITESil y a 1 semaine

Gouvernement d’ouverture ou d’union nationale: ce qu’en pense Elhadj Moussa Solana, ancien président du PUP.

Depuis quelques temps, certains acteurs sociopolitiques parlent de la nécessité de mise en place d’un gouvernement d’union nationale et ou...

ACTUALITESil y a 2 semaines

Face à l’accusation de l’honorable Saloum Cissé: l’UFDG contre-attaque avec un missile!

Le député du parti au pouvoir, Saloum Cissé accuse le parti de Cellou Dalein Diallo de faire usage à des...

ACTUALITESil y a 3 semaines

À propos du livre de ka au carré : Dr Sékou Koureissy Condé s’étonne, s’interroge et précise !

Le diable fait la raison de haïr, Dieu fait la raison d’aimer, C’est exactement la leçon qu’on tire de ce...

ACTUALITESil y a 3 semaines

À propos du livre de k au carré : le rpg arc-en-ciel fait une mise au point. (Déclaration )

La polémique est vive autour du contenu dit tendancieux du livre de l’ancien ministre de l’éducation nationale et de l’alphabétisation...

ACTUALITESil y a 1 mois

Démission au BL: le vice président jette l’éponge et dénonce les manquements

Sa participation à l’investiture du président Alpha Condé aura été un geste de trop. Dr Faya Lansana Millimono président du...

AFRICVISIONGUINEE

Apropos d’Afric Vision

A ''Afric Vision'', plus qu'une vision, c'est une histoire à vivre absolument

En savoir plus AFRIC Vision Guinee, Ratoma Rue RO.501 (T3) Nongo (carrefour petit simbaya)
Phone : +224 664 51-51-51
Email : contact@africvision.com

Créez votre site INTERNET 250000FG/MOIS

Créez votre site INTERNET 250000FG/MOIS

Tandance

Copyright © 20120 Par africvisionguinee.com. A ''Afric Vision'', plus qu'une vision, c'est une histoire à vivre absolument Ratoma Rue RO.501 (T3) Nongo (carrefour petit simbaya) +224 664 51-51-51 Email : contact@africvision.com | Design et création de site en Guinée par l'agence UNSITEINTERNET

Merci de soutenir notre site désactivé votre bloqueur de publicité !

Merci

Avis aux utilisateurs d'AdBlock

Merci de soutenir notre site désactivé votre bloqueur de publicité !

Merci