ActualiteSociété

Assises nationales : Dr Abdoulaye DIALLO dénonce la présence des religieux à la tête.

Après le lancement par le président de la transition le 22 mars dernier, les différents délégués du comité national des assises ont été déployés ce dimanche 10 avril 2022 sur toute l’étendue du territoire national dans le but de recueillir les avis de tous les guinéens sans distinction aucune. La présidence des assises nationales a été confiée à deux religieux non des moindres du pays. Il s’agit respectivement du grand imam de Conakry Elhadj Mamadou Saliou CAMARA et de  l’archevêque de Conakry Monseigneur Vincent COULIBALY.

Un choix stratégique du colonel Mamadou Doumbouya que remet en doute Dr Abdoulaye DIALLO président du mouvement pour la solidarité et le développement dans un entretien qu’il a accordé à notre rédaction ce lundi, 11 avril 2022.

Dans un langage franc et sans concession, Dr Abdoulaye DIALLO dira que ces assises nationales sont « sans emploi de temps, sans ordre du jour et sans présidence. »

 

Pour lui, le choix porté sur un imam et un archevêque est inopportun et improductif. Cet activiste reste convaincu que ce deux n’ont rien à voir avec ces assises : « l’un devrait aller vers sa paroisse et l’autre vers sa mosquée, c’est tout. Et le reste, on pouvait bien trouver des gens parce que nous ne sommes pas marqués par la religion comme au Zaïre, où il faut ça. Nous, nous sommes complètement différents », a-t-il souligné.

 

Parlant de l’arbitrage de la CEDEAO voulu par les partis politiques, le président du mouvement pour la solidarité et le développement de dire que le pays a besoin d’un « arbitrage neutre international ». Il reste rassurer que ce procédé trouvera solution à tous les problèmes du pays qu’au lieu d’utiliser la potion religieuse.

 

Se prononçant sur le retour du président déchu professeur Alpha CONDÉ et de son sort, ce leader d’opinion estime qu’il faut éviter de le nuire à travers de longues procédures judiciaires à cause de son âge trop avancé. « Moi, je pense qu’il faut laisser Alpha CONDÉ tranquille car il est avancé en âge. Mais s’il doit répondre d’un acte quelconque alors qu’il soit dirigé vers la justice au lieu de lui trimballer çà et là. Surtout, il faut cesser de parler trop de lui. Si jamais on estime qu’il a fait des gaffes, soit on lui pardonne soit on lui met à la disposition de la justice », a plaidé le président du MSD.

 

Dr Abdoulaye DIALLO a livré également sa part de vérité sur le fonctionnement de la justice guinéenne qu’il qualifie d’une justice « arbitraire. »

Ce politique signe avec regret que la Guinée n’a jamais fonctionné comme un État normal où la justice fait bien son travail. « La Guinée n’a jamais fonctionné comme un État normal où la justice fait bien son travail. On est habitué à ça, on se base toujours des rumeurs et des humeurs pour rendre un jugement. Donc on assiste avec impuissance à la justice populaire et à l’arbitraire », a-t-il regretté.

 

Entretien réalisé par Mamadi 1 Kaba

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page